[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 15-Apr-2008
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Nicolas Henchoz
nicolas.henchoz@epfl.ch
41-792-198-414
Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne

Journée de la recherche EPFL 2008, en présence d'Al Gore

Ce communiqué est disponible en anglais.

Dans la continuité de sa collaboration avec Generation Investment Management, Lombard Odier Darier Hentsch & Cie annoncent la création d’une nouvelle chaire dédiée au développement durable à l’EPFL. Un effort majeur pour stimuler la recherche et la formation entre science fondamentale et science sociale dans le domaine de l’environnement.

Ce soir, Al Gore s’exprimera devant les 1500 participants à la Journée de la recherche de l’EPFL, avant de recevoir son doctorat honoris causa des mains du président, Patrick Aebischer. Une conférence très attendue par les centaines d’étudiants qui présentent leurs travaux de recherche, partagent leurs projets, ou s’inspirent des derniers résultats obtenus dans les laboratoires. Cette nouvelle génération de scientifiques, interpellée par les questions environnementale, aura également l’occasion de voir le président de la Confédération, Pascal Couchepin. L’annonce du jour viendra de Thierry Lombard, avec la création d’une chaire en développement durable à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. L’Associé senior des banquiers privés Lombard Odier Darier Hentsch & Cie précise les objectifs de ce nouveau pôle de recherche et d’éducation: «Cette Chaire, qui s’inscrit dans la lignée du partenariat entre Generation Investment Management et Lombard Odier Darier Hentsch & Cie, sera dirigée par une ou un jeune scientifique d’exception, dont la mission sera la suivante: établir un lien pertinent entre les connaissances environnementales et les comportements sociaux, de manière à générer depuis l’arc lémanique un rayonnement utile pour la communauté académique et scientifique internationale. Ce nouveau professeur et son équipe s’investiront non seulement dans la recherche, mais aussi dans l’enseignement, que ce soit auprès des jeunes générations ou des décideurs.» La thématique environnementale précise sur laquelle travailleront les chercheurs sera annoncée dès que le processus de sélection du candidat aura abouti, selon les règles de la liberté académique. Ce pôle de recherche portera le nom de Chaire LODH pour les générations futures.

Pour Patrick Aebischer, «cette démarche permet de concrétiser notre volonté de donner une nouvelle valeur aux connaissances de pointe qui sortent des laboratoires, pour les intégrer dans les grands défis qui interpellent la société».

«Résoudre la crise climatique exigera des efforts de la part de l’économie, de la finance, des gouvernements et des individus. Mais il est clair que le monde académique, et les connaissances produites par sa recherche, seront cruciales pour le développement d’une société durable», note David Blood, CEO de Generation.

Cette nouvelle Chaire s’appuiera sur les nombreuses compétences en sciences et ingénierie de l’environnement de l’EPFL et plus globalement de la Suisse. Grâce à la diversité de ses climats et de sa topographie entre plaines, lacs et montagnes, mais aussi à la qualité de ses compétences et infrastructures scientifiques, notre pays se profile toujours davantage comme un laboratoire grandeur nature.

En collaboration également avec les nombreuses institutions internationales situées dans l’arc lémanique, cette Chaire aura pour mission de déterminer les liens pertinents qui doivent être établis entre les données scientifiques, les prévisions climatiques à grande échelle qui en résultent et l’évolution de la société. Plus précisément, les chercheurs étudieront cette relation en s’appuyant sur des modèles quantitatifs, complémentaires aux approches réalisées en sciences humaines et sociales. Ce nouvel axe de recherches vise ainsi à apporter une contribution originale à la très vaste problématique du développement durable qui repose directement sur les mécanismes animant les rapports entre activité humaine et environnement.

C’est d’ailleurs avec la volonté d’éveiller les consciences quant à ces rapports entre activité humaine et environnement qu’Al Gore et David Blood, co-fondateurs de Generation, sont présents à Lausanne.

«La crise climatique est un défi moral et spirituel lance à l’humanité toute entière. C’est aussi la meilleure opportunité que nous ayons d’élever globalement les consciences», nous a rappelé Al Gore.

Cette opportunité a, semble-t-il, été saisie.

###


[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]