[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 11-Feb-2009
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Isabelle Kling
isabelle.kling@muhc.mcgill.ca
514-843-1560
McGill University Health Centre

Une équipe du CUSM dévoile un nouveau mécanisme de développement des tumeurs qui pourrait aboutir à un traitement innovant

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 11 février 2009 - Le développement des tumeurs cancéreuses est très dépendant des nutriments que leur apporte le sang. L'équipe du Dr Janusz Rak avec Dr. Khalid Al-Nedawi and Brian Meehan, de l'Institut de recherche du Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM) à l'Hôpital de Montréal pour enfants, vient de mettre en évidence un nouveau mécanisme par lequel les tumeurs stimulent la croissance des vaisseaux sanguins qui les alimentent. D'autre part les chercheurs ont aussi décrit comment contrôler ce processus, ce qui pourrait déboucher sur de nouveaux espoirs thérapeutiques dans le futur. Ces résultats ont été publiés cette semaine dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Un mécanisme innovant…

Selon les chercheurs, les cellules tumorales peuvent émettre des « bulles », appelées microvésicules, qui leur permettent de communiquer avec les cellules endothéliales des vaisseaux sanguins et d'induire un changement de leur comportement. Quand ces vésicules quittent la tumeur elles emportent certaines protéines cancéreuses; lors de leur arrivée dans les cellules endothéliales ces protéines déclenchent des mécanismes qui favorisent la formation anormale de nouveaux vaisseaux sanguins. Ceux-ci vont croitre vers la tumeur, et lui apporter les nutriments dont elle a besoin pour se développer.

« Nous avions déjà mis l'existence de ces vésicules en évidence, ainsi que leur importance pour la communication entre les cellules cancéreuses et leur environnement. Mais cette découverte est beaucoup plus ciblée et représente une nouvelle direction pour la recherche thérapeutique. » se réjouit le Dr Rak.

… pour affamer les tumeurs

En effet, une famille de molécules dérivées de l'annexine V semble efficace pour lutter contre ce processus, et ainsi aboutir à « affamer » la tumeur. « La molécule que nous avons utilisée est aussi efficace in-vitro que in-vivo. Elle empêche la formation de nouveaux vaisseaux sanguins chez des souris atteintes de cancer, et ainsi limite très fortement l'expansion de la tumeur, » explique le Dr Rak.

Cette molécule, la Diannexin, permet de bloquer la fusion entre les vésicules et les cellules endothéliales in-vitro. Chez les souris atteintes d'un cancer, la Diannexin permet de freiner le développement des vaisseaux sanguins vers la tumeur, et entraine ainsi une régression du cancer. Ce résultat est d'autant plus important que le traitement a été appliqué seul, sans chimiothérapie additionnelle. S'il avait été appliqué en combinaison avec d'autres médicaments, ce nouveau traitement pourrait s'avérer encore plus efficace.

La Diannexin est actuellement en développement comme médicament anti-thrombotique; il se pourrait donc qu'elle puisse être utilisée pour différents types de pathologies de façon sécuritaire.

###

Financement

Ce projet a été financé par une bourse de l'Institut national du cancer du Canada/Société canadienne du cancer et le Fond de la recherche en santé du Québec.

Dr Janusz Rak

Le Dr Janusz Rak est chercheur dans l'axe du « Cancer » à l'institut de Recherche du Centre Universitaire de Santé McGill à l'Hôpital de Montréal pour enfants. Il est également Professeur Jack Cole en oncologie pédiatrique à l'Université McGill.

Partenaires

Ce projet a été réalisé en partenariat avec le Dr R.S Kerbel du Sunnybrooke Health Science Center, University of Toronto, et le Dr A.C Allison d'Alavita Pharmaceuticals Inc.

Retrouvez ce communiqué accompagné de l'article original et d'une interview audio sur le lien : http://www.muhc.ca/media/news/

L'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et des soins de santé. Établi à Montréal, au Québec, il constitue la base de recherche du CUSM, centre hospitalier universitaire affilié à la Faculté de médecine de l'Université McGill. L'Institut compte plus de 600 chercheurs, près de 1 200 étudiants diplômés et postdoctoraux et plus de 300 laboratoires de recherche consacrés à un large éventail de domaines de recherche, fondamentale et clinique. L'Institut de recherche est à l'avant-garde des connaissances, de l'innovation et de la technologie. La recherche de l'Institut est étroitement liée aux programmes cliniques du CUSM, ce qui permet aux patients de bénéficier directement des connaissances scientifiques les plus avancées.

L'Institut de recherche du CUSM est soutenu en partie par le Fonds de la recherche en santé du Québec.

Pour de plus amples renseignements, consulter l'adresse www.cusm.ca/research.

L'Hôpital de Montréal pour enfants (HME) est l'établissement d'enseignement pédiatrique du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), affilié à l'Université McGill. L'HME est un chef de file dans la prestation d'un vaste éventail de soins ultraspécialisés aux nourrissons, aux enfants et aux adolescents de tout le Québec. Nos domaines d'expertise médicale incluent des programmes sur le comportement et le développement du cerveau, la science cardiovasculaire, les soins intensifs, la génétique médicale, l'oncologie, les services chirurgicaux et médicaux tertiaires, et la traumatologie. Établissement entièrement bilingue, L'HME favorise le multiculturalisme et dessert une communauté de plus en plus diversifiée dans plus de 50 langues. L'Hôpital de Montréal pour enfants se distingue par son approche collaborative des soins novateurs prodigués aux patients. Notre personnel et nos professionnels de la santé ont à coeur d'assurer aux enfants et à leur famille des soins de santé exceptionnels dans un environnement convivial et empreint de compassion.



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]