[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 31-Mar-2009
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Sylvain-Jacques Desjardins
sylvain-jacques.desjardins@umontreal.ca
514-343-7593
University of Montreal

L'hiver refroidit la pratique des sports chez les ados

Une étude canadienne d'une durée de cinq ans, publiée dans la revue Annals of Epidemiology, établit un lien entre la saison froide et la baisse des habitudes d'exercice

Ce communiqué est disponible en anglais.

Moncton, 31 mars 2009 – Bien que le froid de l'hiver cède sa place au printemps, ses effets pourraient avoir un impact à plus long terme sur les habitudes d'exercice chez les adolescents. Selon une étude réalisée sur une période de cinq ans publiée dans la revue Annals of Epidemiology, alors que les ados sont généralement plus actifs durant l'été, une diminution importante de l'activité physique durant la période hivernale contribue à un ralentissement général des habitudes d'exercice tout au long de l'adolescence qui pourrait persister au fil des ans.

L'équipe de chercheurs, du Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick de l'Université de Moncton et de l'Université de Sherbrooke, de l'Université de Montréal et de l'Université McGill, répliquent toutefois que le déclin observé de l'activité physique pourrait être compensé par la promotion de la diversification des activités physiques proposées, y compris de celles pouvant être pratiquées durant l'hiver.

« Même si la pratique de l'activité physique par les adolescents augmente au printemps et durant l'été, cette augmentation ne compense pas la baisse observée durant l'hiver, celle-ci contribuant notamment à une diminution de l'activité physique tout au long de l'adolescence », affirme Mathieu Bélanger, auteur principal de l'étude, directeur de recherche au Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick et épidémiologiste au Centre de recherche Beauséjour.

« Pendant notre étude, réalisée sur cinq ans, le nombre moyen de séances d'activité physique quotidiennes des participants a chuté de près du tiers. La baisse la plus marquée a été observée durant la saison froide », poursuit le chercheur.

Dans le cadre de l'étude, 1 293 étudiants qui étaient âgés de 12 à 13 ans au début de l'étude ont été suivis de la première à la cinquième secondaire. Les participants ont été recrutés dans 10 écoles de la région de Montréal; on leur a demandé de noter leur pratique d'activité physique à différentes saisons. Les résultats ont ensuite été comparés aux données météorologiques d'Environnement Canada.

« Les mauvaises conditions météorologiques représentent un des obstacles les plus fréquemment relevés relativement à la pratique de l'activité physique » mentionne Jennifer O'Loughlin, professeure au Département de médecine sociale et préventive de l'Université de Montréal et chercheuse au Centre hospitalier de l'Université de Montréal.

« Dans cette étude, nous avons observé que les conditions météorologiques avaient une incidence sur la pratique d'activité physique, mais que ces effets n'étaient que très modestes, suggérant que l'impact des saisons sur l'activité physique ne serait pas uniquement relié au changement des conditions météorologiques », précise-t-elle.

Bélanger et ses collègues postulent alors que les conditions météorologiques contribuent à faire diminuer la pratique d'activités physiques spontanées et non planifiées. Ceci a peu d'impact sur les niveaux moyen d'activité physique puisque les adolescents favorisent des activités structurées. Celles-ci sont planifiées et se déroulent selon un calendrier préétabli; elles sont donc moins susceptibles d'être annulées en raison de conditions météorologiques défavorables.

L'équipe de chercheurs conseille de faire la promotion de d'activités d'hiver afin de contrer la baisse de la pratique d'activités physiques durant l'adolescence.

« Nous ne préconisons pas d'accorder une préférence aux activités physiques intérieures plutôt qu'extérieures, mais simplement que l'on investisse des énergies afin de s'assurer qu'une bonne variété d'activités soient disponibles au cours de l'hiver », souligne Mathieu Bélanger.

###

À propos de l'étude
L'étude intitulée « Influence of weather conditions and season on physical activity in adolescents » publiée dans la revue Annals of Epidemiology a été réalisée par Mathieu Bélanger (Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick, Université de Moncton et Université de Sherbrooke; et Centre de recherche Beauséjour, Régie régionale de la santé A), Katherine Gray Donald (Université McGill), Jennifer O'Loughlin (Université de Montréal et Centre hospitalier de l'Université de Montréal), Gilles Paradis (Université McGill) et James Hanley (Université McGill).

Partenaires de recherche
Cette étude a été financée par l'Institut de recherche de la Société canadienne du cancer et les Instituts de recherche en santé du Canada.

Sur le Web
À propos de la revue Annals of Epidemiology : http://www.annalsofepidemiology.org/
À propos du Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick : www.umoncton.ca/medecine
À propos de l'Université de Montréal : www.umontreal.ca
À propos du Centre hospitalier de l'Université de Montréal: www.chumtl.qc.ca
À propos de l'Université de Moncton : www.umoncton.ca
À propos de l'Université de Sherbrooke : www.usherbrooke.ca
À propos de l'Université McGill : www.mcgill.ca

Pour une entrevue avec Mathieu Bélanger :
Josée Nadeau
Agente de développement
Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick
Téléphone : 506-863-2222
Courriel : josee.p.nadeau@umoncton.ca

Pour une entrevue avec Jennifer O'Loughlin :
Sylvain-Jacques Desjardins
Attaché de presse international
Université de Montréal
Téléphone : 514-343-7593
Courriel : sylvain-jacques.desjardins@umontreal.ca



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]