[ Back to EurekAlert! ]

PUBLIC RELEASE DATE:
8-Apr-2009

[ | E-mail ] Share Share

Contact: Sylvain-Jacques Desjardins
sylvain-jacques.desjardins@umontreal.ca
514-343-7593
University of Montreal
@uMontreal_news

La FCI octroie 854 098 $ à l'UdeM et à ses partenaires

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 8 avril 2009 - L'Université de Montréal et deux de ses centres de recherche affiliés ont reçu un appui de taille de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) et du gouvernement du Québec. La FCI a en effet octroyé 854 098 $ afin d'appuyer les quatre nouveaux projets présentés par l'Université de Montréal et ses établissements affiliés, le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et le centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM). Qui plus est, le gouvernement du Québec versera un montant égal aux fonds octroyés par la FCI et des partenaires privés contribueront à rehausser les infrastructures de recherche de l'UdeM.

Les projets retenus sont les suivants :

Réduction du diabète de type 2

May Faraj, chercheuse au Département de nutrition de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal et chercheuse invitée à l'Institut de recherches cliniques de Montréal, a obtenu 131 284 $ de la FCI, montant porté à 328 209$ lorsqu'on y ajoute la contribution du gouvernement du Québec et celle du secteur privé. Dre Faraj étudiera le nombre de particules qui transportent le cholestérol dans le sang, autrement désignées lipoprotéines de basse densité (LDL), comme facteur de risque concernant l'insulinorésistance et le diabète de type 2.

« Ma recherche porte sur une nouvelle hypothèse - à savoir que les fortes concentrations de particules de LDL peuvent être des promoteurs plutôt qu'une conséquence du diabète de type 2 », affirme Dre Faraj, et d'ajouter qu'elle approfondira la question de savoir si la diminution des particules de LDL à la suite d'un changement de comportement ou de la prise de médicaments peut réduire le risque de diabète de type 2.

« Nous espérons améliorer la qualité de vie des Canadiens, particulièrement chez ceux qui sont obèses, car ces personnes sont plus susceptibles d'être atteintes de diabète de type 2, ce qui pourrait se traduire par des économies considérables pour le système de santé du Canada. »

La nutrigénomique pour enrayer les maladies cardiovasculaires

Emile Levy, professeur de nutrition et de pédiatrie à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal, titulaire de la chaire J.A. de Sève en recherche sur la nutrition et directeur de l'Unité de gastroentérologie, hépatologie et nutrition du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, a reçu 343 201 $ de la FCI; (909 607 $ lorsqu'on additionne la contribution du gouvernement du Québec et celle du secteur privé). Dr Levy souhaite faire progresser la recherche sur la nutrigénomique - une science qui étudie le lien entre les gènes et la nutrition.

« La ration alimentaire quotidienne fournit l'énergie nécessaire au fonctionnement de notre organisme. Toutefois, ces éléments nutritifs peuvent effectuer des tâches complémentaires lorsqu'ils interagissent avec nos gènes, souligne le Dr Levy. Dans le monde actuel où on observe une croissance inquiétante des maladies cardiovasculaires, la nutrigénomique peut constituer un levier de santé remarquable capable de réduire la vulnérabilité des individus en sélectionnant les régimes alimentaires les mieux adaptés à leur patrimoine génétique. La nutrigénomique jumellera prévention et nutrition pour réduire les interventions médicales. »

Les nanosuspensions pour améliorer les médicaments

Grégoire Leclair, professeur à la Faculté de pharmacie de l'Université de Montréal, a obtenu 156 208 $ de la FCI, un montant porté à 390 520 $ par l'apport du gouvernement du Québec du secteur privé. Ses recherches porteront sur les moyens d'améliorer les produits pharmaceutiques à l'aide de la technologie des plateformes de nanosuspensions qui comporte la production de particules de médicaments de la taille d'un millionième de millimètre.

« La production de nanosuspensions est un procédé à base aqueuse qui ne fait pas appel aux solvants organiques. Elle permet des formulations pharmaceutiques qui, autrement, ne pourraient pas être absorbées par le système digestif, dit M. Leclair. Les médicaments qui utilisent une formulation à base de nanosuspensions peuvent être avalés, inhalés, injectés ou appliqués de manière topique. Ces fonds de la FCI permettront à l'Université de Montréal de développer de nouvelles technologies de plateforme afin d'améliorer la formulation de médicaments existants et d'accélérer la mise au point de médicaments chimiquement complexes ».

Prévention des néphropathies

Dre Shao-Ling Zhang, chercheuse au Centre de Recherche du Centre Hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) et à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal, et son collègue Dr John S.D. Chan, chercheur à l'Université de Montréal et chef du Laboratoire de néphrologie moléculaire et d'endocrinologie du CRCHUM, ont reçu 223 405 $ de la FCI; soit une subvention totale de 566 028$ en comptant les fonds alloués par le gouvernement du Québec et le secteur privé, pour avancer la recherche sur les néphropathies chez les nouveau-nés.

« Bien que le diabète maternel soit fortement associé aux anomalies rénales sévères, il semble qu'il réserve aux descendants d'autres problèmes plus tard dans la vie, comme l'hypertension, la néphropathie et le syndrome métabolique, un phénomène désigné programmation périnatale affirme la docteure Zhang. D'ajouter le docteur Chan : « Il existe un besoin pressant d'identifier ces gènes lors du développement rénal du fœtus et de prévenir les néphropathies et les maladies cardiovasculaires chroniques subséquentes à l'âge adulte. L'infrastructure de la FCI se révélera essentielle pour améliorer les soins de santé prodigués aux Canadiens. »

Le soutien de la FCI propulsera la recherche

La FCI a annoncé son appui à 117 projets de recherche dans 29 institutions à l'échelle canadienne au terme d'un processus d'examen du mérite rigoureux. La FCI soutient l'infrastructure de recherche de pointe qui permet de stimuler divers secteurs de notre économie parallèlement à de tels projets d'immobilisations. On estime que chaque dollar investi directement dans la recherche donne un rendement supérieur à sept dollars en avantages économiques, notamment des retombées en matière d'emploi.

« Les investissements annoncés aujourd'hui à l'Université de Montréal et dans les institutions qui y sont affiliées feront briller davantage encore la réputation de notre pays comme destination de choix des chercheurs émérites, » de dire le Dr Eliot Phillipson, président et directeur général de la FCI.

###

Sur le Web

À propos de la FCI : www.innovation.ca
À propos de l'Université de Montréal : www.umontreal.ca
À propos de la Faculté de médecine : www.med.umontreal.ca
À propos de la Faculté de pharmacie : www.pharm.umontreal.ca
À propos du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal : www.crchum.qc.ca
À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine : www.recherche-sainte-justine.qc.ca/fr
À propos de l'Institut de recherches cliniques de Montréal : www.ircm.qc.ca

Personne-ressource auprès des médias :

Sylvain-Jacques Desjardins
Attaché de presse international
Université de Montréal
Téléphone : 514-343-7593
Courriel : sylvain-jacques.desjardins@umontreal.ca

Yves Melanson
Coordonnateur, Relations avec les médias
Fondation canadienne pour l'innovation
Téléphone : 613-996-3160
Courriel : yves.melanson@innovation.ca



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.