[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 15-Jun-2009
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Nicole Saint-Pierre
nicole_saint-pierre@ssss.gouv.qc.ca
514-345-4931 x2555
University of Montreal

L'environnement cause une diminution de l'écart de poids à la naissance

Nouvelle étude du CHU Sainte-Justine, de l'Université de Montréal, de l'Université McGill et des Instituts de Recherche en Santé du Canada

Ce communiqué est disponible en anglais.

Des études épidémiologiques récentes ont mis en évidence une augmentation de la fréquence des malformations génitales chez les nouveau-nés de sexe masculin (comme par exemple des testicules non descendus) et une diminution de la fertilité des hommes. Le rôle joué par la présence croissante dans notre environnement de contaminants qui diminuent l'action des hormones mâles pourrait expliquer ce phénomène.

Il est connu que le poids à la naissance des garçons est supérieur à celui des filles en raison de l'action des hormones mâles sur le fœtus masculin. Si l'exposition des femmes enceintes à des contaminants environnementaux qui diminuent l'action des hormones mâles a augmenté au cours des années, il faudrait s'attendre à observer avec le temps une diminution de l'écart de poids à la naissance entre les garçons et les filles.

C'est précisément ce que démontre une étude publiée dans le numéro de juillet 2009 de la revue Epidemiology. Les chercheurs ont analysé la base de données de l'Agence de santé publique du Canada, qui contient de l'information sur le poids de naissance de plus de 5 millions d'enfants nés au pays entre 1981 et 2003.

A l'aide de méthodes statistiques qui contrôlent pour les changements au cours du temps dans l'âge des mères et dans leur parité, les chercheurs montrent effectivement une diminution soutenue de la différence de poids de naissance entre les garçons et les filles, ce qui vient appuyer l'hypothèse d'une dysfonction endocrinienne croissante reliée à des contaminants environnementaux.

Parmi ces contaminants, ceux contenus dans les matières plastiques sont des candidats plausibles, puisqu'il est connu qu'ils diminuent l'action des hormones mâles.

« Cette étude souligne l'importance d'étudier de manière approfondie l'impact des contaminants de l'environnement sur la santé des mères et des fœtus et sur le potentiel de reproduction des générations futures », souligne Dr Guy Van Vliet, pédiatre endocrinologue et chercheur au Centre de Recherche du CHU Sainte-Justine et professeur au Département de pédiatrie de l'Université de Montréal.

###

À propos de l'étude L'article intitulé Decreasing sex difference in birth weight, diffusé dans la revue Epidemiology, est le résultat d'une collaboration du Dr Guy Van Vliet, pédiatre endocrinologue et chercheur au Centre de Recherche du CHU Sainte-Justine et professeur au Département de pédiatrie de l'Université de Montréal, avec le Dr Shiliang Liu, épidémiologiste périnatal de l'Agence de santé publique du Canada, et avec le Dr Michael S. Kramer, Directeur scientifique de l'Institut du développement et de la santé des enfants et des adolescents des Instituts de Recherche en Santé du Canada et professeur aux Départements de pédiatrie et d'épidémiologie de l'Université McGill. Cette étude a été réalisée sous les auspices du Système Canadien de Surveillance Périnatale (SCSP).

Sur le Web:
À propos de l'article cité : http://journals.lww.com/epidem/Citation/2009/07000/Decreasing_Sex_Difference_in_Birth_Weight.24.aspx
À propos du CHU Sainte-Justine: www.hsj.qc.ca/Home/default.aspx
À propos de l'Université de Montréal : www.umontreal.ca
À propos de l'Université McGill : www.mcgill.ca
À propos des Instituts de recherche en santé du Canada : http://www.cihr-irsc.gc.ca/f/193.html

Pour information :
Nicole Saint-Pierre
Conseillère en communications
Affaires publiques et communications
CHU Sainte-Justine
Téléphone : 514 345-4931, poste 2555
Courrier électronique :nicole_saint-pierre@ssss.gouv.qc.ca



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]