[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 3-Nov-2009
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Sylvain-Jacques Desjardins
sylvain-jacques.desjardins@umontreal.ca
514-343-7593
University of Montreal

Travailleurs de nuit, réduisez le café!

Ce communiqué est disponible en anglais.

Les travailleurs de nuit qui prennent une tasse de café à la fin de leur quart de travail risquent d'avoir un sommeil altéré lorsqu'ils retrouveront leur oreiller. «La caféine est le stimulant le plus largement utilisé pour contrer les effets de l'endormissement, mais elle nuit au sommeil des heures plus tard, signale Julie Carrier, professeure au Département de psychologie et chercheuse au Centre d'étude du sommeil et des rythmes biologiques de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal. Et, plus on vieillit, plus cet effet est important.»

Chez 24 sujets qui ont passé deux nuits blanches dans les chambres-laboratoires du Centre avant d'être autorisés à s'endormir, on a pu constater que ceux dont le cycle circadien est inversé voient leur sommeil durement touché par la caféine. L'efficacité et la durée du sommeil ainsi que d'autres éléments plus sensibles mesurables grâce aux électrodes placées sur la tête du sujet (comme le sommeil lent profond) ont été nettement diminués chez les personnes qui avaient consommé du café. «On connait tous quelqu'un qui prétend pouvoir s'endormir comme un bébé même après avoir bu un espresso. Dans les faits, son sommeil sera moins profond ou plus perturbé bien qu'il ne s'en rende pas compte», mentionne la chercheuse.

La recherche voulait également faire la lumière sur les différents effets du café en fonction de l'âge, et elle s'est avérée particulièrement concluante. Les 12 sujets du premier groupe étaient âgés de 20 à 30 ans et ceux du second groupe de 45 à 60 ans. Les volontaires étaient des hommes et des femmes. Tous ont dû rester éveillés pendant 25 heures et absorber un comprimé trois heures avant d'aller dormir. Ce comprimé contenait 200 milligrammes de caféine ou était un placébo au lactose. On a ensuite enregistré divers paramètres du sommeil chez les sujets. Les plus âgés ont été nettement plus incommodés par la caféine. Tous ceux qui ont avalé le comprimé de caféine ont eu de la difficulté à trouver le sommeil et les plus âgés ont dormi moins de 50 % de leur temps habituel.

«La combinaison des effets de l'âge et de la caféine fragilise le sommeil de la personne vieillissante», ont écrit Julie Carrier et ses collaborateurs Jean Paquet, Martha Fernandez-Boulanos, Laurence Girouard, Joanie Roy, Brahim Selmaoui et Daniel Filipini dans l'article qu'a fait paraitre Sleep Medicine.

Ces résultats corroborent d'autres observations réalisées par l'équipe de la chercheuse au cours des dernières années. Dès 2001, Julie Carrier avait publié dans Neurobiology Aging les résultats d'une étude montrant que les personnes vieillissantes travaillant la nuit avaient un sommeil moins réparateur quand elles dormaient le jour. L'impact de l'âge sur le sommeil demeure malgré tout un mystère que la spécialiste cherche toujours à éclaircir. «On sait que le vieillissement provoque des changements anatomiques qui pourraient expliquer ces difficultés, sur le plan des connexions neuronales par exemple.»

En attendant, Julie Carrier conseille aux personnes de plus de 40 ans de diminuer leur consommation de café, «surtout si elles travaillent de nuit». Ce que la chercheuse a fait elle-même puisqu'elle a récemment réduit sa consommation à une seule tasse par jour.

Ce conseil est d'autant plus judicieux qu'une étude auprès de 2000 personnes a montré récemment que la baisse de la consommation de café était l'un des meilleurs moyens d'améliorer le sommeil au mitan de la vie.

###

Voir le clip : L'effet de la caféine et du vieillissement est important sur les travailleurs de nuit (Durée : 2 min 53 s)

Sur le Web : Département de psychologie



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]