[ Back to EurekAlert! ]

PUBLIC RELEASE DATE:
24-Nov-2009

[ | E-mail ] Share Share

Contact: Antonia Aranega Jimenez
anarosarama@ugr.es
34-958-243-534
University of Granada
@canalugr

Découverte d'un gène augmentant l'efficacité des produits pharmaceutiques employés pour combattre le cancer et permettant d'en réduire les doses

Ce communiqué est disponible en anglais et espagnol.

Des chercheurs de l'Université de Grenade ont découvert un gène suicide, dénommé 'gène E', qui induit la mort des cellules tumorales dérivées du cancer du sein, du poumon et du côlon, et en empêche la croissance. L'importance de ce nouveau gène est que l'usage qu'on en fait pour combattre le cancer permet de réduire les puissants médicaments employés actuellement, ce qui devrait supposer un traitement contre le cancer plus efficace que les actuels.

Cette recherche a été réalisée par Ana Rosa Rama Ballesteros, du Département d'Anatomie et d'Embryologie Humaine de l'Université de Grenade, et dirigée par les professeurs Antonia Aránega Jiménez, José Carlos Prados Salazar et Consolación Melguizo Alonso. Leur objectif était d'étudier la possibilité de réduire les doses de médicaments actuellement employés chez des patients avec cancer moyennant la thérapie combinée avec le gène suicide E. Les scientifiques de l'UGR ont démontré que le gène assassin dénommé E du bactériophage phiX174 peut s'utiliser pour induire la mort des cellules tumorales. Jusqu'à la date, l'utilisation de nombreux agents chimiothérapiques (cytotoxiques) similaires au gène E présentait de grandes limitations, dérivées de leur toxicité et de leur pauvre affinité avec la tumeur.

Les avantages de la thérapie génique

Actuellement, la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie présentent des résultats « limités » dans des étapes avancées du cancer, « raison pour laquelle il est urgent de trouver de nouvelles thérapies, et la thérapie génique a émergé comme une plateforme thérapeutique avec un énorme potentiel », a expliqué Ana Rosa Rama. Son travail a démontré qu'il « est possible d'employer la thérapie génique comme appui à la chimiothérapie, améliorant ses résultats au moment d'attaquer le cancer, en réduisant la dose des agents employés et, en conséquence, en contribuant à la diminution de leurs effets secondaires chez les patients. »

Les chercheurs ont étudié diverses techniques dans le but de comprendre le mécanisme d'action du gène E. Les résultats indiquent que le mécanisme d'action du gène E est l'induction d'apoptose (mort cellulaire programmée), probablement par lésion mitochondriale. En conséquence, ils soulignent que « ce nouveau gène E se présente comme un candidat idéal pour être transfecté dans des cellules tumorales dans le but d'induire des apoptoses, probablement moyennant l'activation de la voie mitochondriale, et d'augmenter la sensibilité de ces cellules à l'action des drogues développées spécifiquement pour agir contre elles. »

Les résultats de ce travail suggèrent la possibilité de réduire les concentrations d'agents chimiothérapiques utilisés actuellement. Ainsi, dans la ligne A-549 de cancer du poumon, les scientifiques de l'UGR ont obtenu un plus de 14% d'inhibition de croissance tumorale et une réduction de cent fois la dose de l'agent Paclitaxel un fois combiné avec le gène E. Dans le cas du cancer du côlon, les résultats obtenus ont été similaires. Cependant, la donnée la plus importante se trouve dans la ligne MCF-7 du cancer du sein, où la dose de l'agent chimiothérapique, la Doxorubicine, a pu être réduite cent fois, obtenant presque 21% d'inhibition de la prolifération tumorale une fois combinée avec le gène E. Actuellement, les chercheurs de l'UGR sont en train de patenter le gène E.

###



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.