[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 4-Jun-2010
[ | E-mail Share Share ]

Contact: William Raillant-Clark
william.raillant-clark@mcgill.ca
514-398-2189
McGill University

Oui, la vie sur Mars est possible

Un microbiologiste de McGill a étudié un environnement de type martien sur Terre et y a découvert des traces de bactéries

Ce communiqué est disponible en anglais.

Des chercheurs du Département des sciences des ressources naturelles de McGill, du Conseil national de recherches du Canada, de l'Université de Toronto et de l'Institut SETI ont découvert que des bactéries dévoreuses de méthane peuvent survivre dans une source d'eau unique en son genre située sur l'Île Axel Heiberg, dans le Haut-Arctique canadien. Le professeur Lyle Whyte, microbiologiste à l'Université McGill, explique que la source de Lost Hammer est comparable à celles qui peuvent exister ou qui ont existé sur Mars, et qu'elle abrite une flore microbienne laissant penser que cela pourrait également le cas de sources comparables présentes à la surface de la Planète rouge.

Malgré les très basses températures ambiantes, l'eau de cette source extrêmement froide est tellement salée qu'elle ne gèle pas. De plus, l'on n'y trouve aucun oxygène consommable. Les chercheurs ont toutefois observé de grosses bulles de méthane à sa surface, ce qui les a amenés à se demander si ce gaz provenait d'une source géochimique ou d'organismes vivants, et si la vie était possible dans ce milieu à la fois très froid et très salin. « Nous avons eu la surprise de constater l'absence totale de bactéries méthanogènes produisant du méthane dans la source de Lost Hammer », explique le professeur Whyte. « Par contre, nous y avons découvert d'autres organismes anaérobies absolument uniques, c'est à dire des organismes qui survivent essentiellement en consommant du méthane et en inhalant du sulfate plutôt que de l'oxygène. »

Récemment, l'on a découvert la présence de méthane et de glace sur Mars. Les photos prises par la sonde Mars Orbiter révèlent en effet l'existence de nouveaux ruisselets, sans que personne ne puisse expliquer leur formation. L'une des réponses possibles serait qu'il existe des sources comme celle de Lost Hammer sur Mars. « Peu importe en définitive de savoir d'où provient ce méthane », explique le professeur Whyte. « En présence d'eau salée très froide, il est tout à fait possible d'imaginer l'existence d'une communauté microbienne, malgré l'extrême rigueur du milieu ambiant. » Si l'Île Axel Heiberg est un lieu particulièrement inhospitalier, la source de Lost Hammer l'est bien davantage. « Il existe des endroits sur Mars où la température atteint des niveaux que l'on pourrait presque qualifier de tempérés, c'est à dire des températures comprises entre 10 et 0 °C, voire supérieures à 0 degré », explique Lyle Whyte, « mais sur l'Île Axel Heiberg, la température peut facilement descendre en deçà de - 50 °C. La source de Lost Hammer est le milieu salin le plus froid que nous ayons découvert. Cet habitat peut aussi servir de modèle pour élucider la formation des suintements de méthane observés dans des milieux glacés comme ceux qui caractérisent la planète Mars, et pourrait par conséquent expliquer l'origine des panaches de méthane découverts récemment sur Mars. »

###

Publiés dans l'International Society for Microbial Ecology Journal, ces travaux de recherche ont bénéficié de l'aide logistique de la Station de recherche arctique de l'Université McGill et du Programme du plateau continental polaire. Cette recherche a été subventionnée par la NASA, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et l'Agence spatiale canadienne. Les recherches menées par les étudiants ont bénéficié de subventions supplémentaires du ministère des Affaires indiennes et du Nord et du Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies.



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]