[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 1-Dec-2010
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Sylvain-Jacques Desjardins
s-j.desjardins@concordia.ca
514-848-2424 x5068
Concordia University

Des microorganismes modifiés pourraient-ils servir à produire des biocarburants?

Une étude de l'Université Concordia publiée dans la revue Microbial Cell Factories

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 1 décembre 2010 – Le microorganisme Lactococcus lactis est une bactérie polyvalente : en plus de faciliter la transformation du lait en fromage, il pourrait contribuer à expliquer le rôle des microbes dans la conversion de la cellulose en biocarburants.

En effet, selon une étude menée à l'Université Concordia et publiée dans la revue Microbial Cell Factories, cette bactérie – une fois modifiée – pourrait convertir la matière végétale en biocarburants ou en d'autres composés chimiques.

Le professeur de biologie Vincent Martin et le doctorant avancé Andrew S. Wieczorek, tous deux de l'Université Concordia, ont ainsi démontré qu'il est possible de modifier les protéines d'échafaudage ou de structure à la surface du Lactococcus lactis pour qu'elles décomposent les végétaux. Ils ont aussi établi que les protéines d'échafaudage peuvent offrir un cadre extracellulaire stable à l'activité chimique, notamment la transformation de matière végétale en biocarburants.

« C'est la première fois qu'une étude montre que les protéines d'échafaudage peuvent être sécrétées et isolées à la surface cellulaire du Lactococcus, ce qui représente un tournant pour nous, a expliqué le Pr Martin, titulaire d'une chaire de recherche du Canada en génomique et génie microbiens. L'exportation de ces protéines et leur localisation extracellulaire pourraient servir à améliorer le rendement de processus biologiques ou la décomposition de matières organiques. »

Par ailleurs, l'étude a révélé que les protéines d'échafaudage du Lactococcus semblent être en mesure de se lier à plusieurs composés; c'est là un axe de recherche prometteur. « Dans la prochaine étape de notre travail, nous tenterons de construire des échafaudages plus vastes et plus complexes qui favoriseront des processus biologiques variés et pourront ainsi mener à la production rentable de carburants », a ajouté le Pr Martin.

###

Partenaires de recherche :

Cette étude a été financée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, la Fondation canadienne pour l'innovation et le Fonds québécois de recherche sur la nature et les technologies.

À propos de l'étude :

L'étude « Engineering the cell surface display of cohesins for assembly of cellulosome-inspired enzyme complexes on Lactococcus lactis » est parue dans Microbial Cell Factories. Elle est le fruit d'une collaboration entre Andrew S. Wieczorek et Vincent Martin de l'Université Concordia.

Sur le Web :

Source :
Sylvain-Jacques Desjardins
Conseiller principal – Relations médias
Service des communications
Université Concordia
Téléphone : 514 848-2424, poste 5068
Courriel : s-j.desjardins@concordia.ca
Twitter : http://twitter.com/concordianews
Actualités de Concordia : http://now.concordia.ca



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]