Public Release:  Élargissement de la prostate : étude réalisée sur une décennie démontre les bienfaits tant à court terme qu'à long terme du traitement au laser à l'holmium

McGill University Health Centre

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 20 mai 2011 - De nouveaux travaux de recherche présentés lors de la réunion annuelle de la American Urology Association (AUA) à Washington D.C. démontrent que la thérapie au laser à l'holmium constitue une option thérapeutique sûre et durable pour l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) - un agrandissement bénin de la prostate qui touche la plupart des hommes en vieillissant. L'étude, conduite par des chercheurs du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), représente l'évaluation la plus exhaustive de cette technologique qui ait été réalisée jusqu'à présent et les chercheurs estiment que l'on pourrait désormais considérer qu'il s'agit de la nouvelle référence sans danger en matière de traitement de l'HBP, quelle que soit la taille de la prostate.

La taille de la prostate de l'homme augmente naturellement avec l'âge et celle-ci peut parfois devenir extrêmement grosse et alors comprimer l'urètre, ce qui engendre des problèmes de vessie et une difficulté à uriner. La majorité des interventions chirurgicales visent des prostates dont le poids varie entre 40 et 60 g. La thérapie de la prostate au laser à l'holmium ou énucléation de la prostate au laser à l'holmium (HoLEP) s'utilise, depuis 1998, au CUSM, comme alternative thérapeutique à la chirurgie. HoLEP est particulièrement efficace pour les patients qui ont une prostate volumineuse et qui présentent des facteurs de risques additionnels qui rendent l'avenue de la chirurgie ouverte plus difficile et complexe.

« Le recours à la méthode traditionnelle de la résection transurétrale de la prostate (RTUP) - une intervention chirurgicale qui vise à retirer une partie de la prostate - pour le traitement des prostates de taille petite à moyenne demeure toujours la meilleure option thérapeutique pour la majorité des patients, » souligne le Dr Mostafa Elhilali, titulaire de la chaire Stephen Jarislowsky en urologie de l'Université McGill, urologue au CUSM et chercheur principal de l'étude. « Cependant, le plus grand défi des techniques à invasion minimale reste le taux élevé de récurrence et le besoin, au fil du temps, d'être opéré à nouveau. »

L'étude, qui s'est penchée sur la durabilité des résultats obtenus grâce à la méthode de l'HoLEP sur près de 1000 patients sur plus de dix années, démontre que les taux de complication étaient très peu significatifs et que la nécessité d'intervenir à nouveau, même jusqu'à 10 ans plus tard, était inférieure à 1 %, comparé à 10 à 16 % dans le cas de la RTUP. « Les patients traités avec l'HoLEP ressentent moins de douleur et séjournent moins longtemps à l'hôpital que ceux qui ont une intervention chirurgicale ouverte, » ajoute le Dr Elhilali. « Ils sont souvent en mesure de reprendre leurs activités normales dans la semaine qui suit l'intervention et les effets secondaires sur le plan sexuel sont rares voire inexistants.

Les chercheurs soulignent que l'HoLEP s'avère plus efficace pour traiter différentes tailles d'élargissement de la prostate contrairement à d'autres techniques au laser comme le laser Green light qui n'est efficace que pour les prostates de petite taille à taille modérée - l'équivalent de la RTUP sans pour autant offrir de meilleurs résultats et en manquant également d'efficacité à long terme.

Le CUSM a recours au laser Green light depuis 2005. Les résultats d'une étude comparant l'utilisation de ce laser sur des prostates de taille variable montrent que cette méthode semble moins efficace pour traiter des prostates plus volumineuses. Cette étude a également été présentée au AUA, au cours de la même réunion, qui s'est tenue mercredi 18 mai 2011.

###

Á propos de l'étude :

Le laser utilisé dans l'étude a été généreusement offert par Mr Michal Hornstein suite à un cadeau fait au département d'urologie au CUSM en 1998.

Partenaires en recherche :

Hazem M. Elmansy M.D., boursier de recherches postdoctorales, Université McGill; Ahmed Kotb M.D., Université du Caire, Égypte; Mostafa M. Elhilali M.D, Chaire Stephen Jarislowsky en urologie, Université McGill et urologue en chef, CUSM.

Liens :

Contact médias :
Julie Robert
Coordonnatrice des communications
Affaires publiques et planification stratégique, CUSM
Téléphone : 514 934-1934, poste 71381
Courriel : julie.robert@muhc.mcgill.ca

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.