[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 12-Jan-2012
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Natasha Pinol
npinol@aaas.org
202-326-6440
American Association for the Advancement of Science

Articles marquants dans le Science du 13 janvier 2012

Pour contrer le réchauffement global, ciblons le méthane et le noir de carbone. La réduction des émissions de méthane et de noir de carbone, si elle était jointe à celle du dioxyde de carbone, pourrait avoir un effet plus rapide et plus important sur le réchauffement global selon une nouvelle étude de modélisation. Cette approche permettrait aussi d'éviter les millions de décès annuels causé par la pollution de l'air et d'améliorer le rendement de certaines cultures, ce qui du point de vue économique compenserait largement les coûts liés à la mise en oeuvre de ces mesures de maîtrise de la pollution indiquent les chercheurs. La réduction de la concentration en gaz carbonique de l'atmosphère reste cruciale pour tenter de ralentir le changement climatique induit par l'homme mais il faudra de toute façon des décennies pour résorber le gaz excédentaire. Pour obtenir des résultats à plus court terme, Drew Shindell et ses collègues se sont intéressés au méthane et au noir de carbone qui contribuent à la fois à la pollution et au réchauffement de l'atmosphère. Le méthane se combine au gaz carbonique pour former l'ozone troposphérique et le noir de carbone est essentiellement de la suie. L'ozone comme le noir de carbone disparaissent de l'atmosphère bien plus rapidement que le gaz carbonique.
Les auteurs sont partis d'environ 2 000 mesures antipollution et ont utilisé un modèle informatique pour sélectionner celles qui étaient les plus efficaces pour à la fois atténuer le réchauffement et améliorer la qualité de l'air. Ils ont ainsi pu identifier 14 moyens, dont l'aération intermittente des rizières inondées et l'utilisation de filtres à particules pour les véhicules à diesel. Sept de ces moyens ciblaient les émissions de méthane, les autres concernant le noir de carbone. Les résultats des modélisations ont ensuite montré que la mise en oeuvre de ces 14 mesures pouvait réduire de 0,5 °C le réchauffement global prévu pour 2050. Cette stratégie éviterait aussi de 0,7 à 4,7 millions décès prématurés par an et ferait passer le rendement annuel des récoltes de 30 à 135 millions de tonnes grâce à la réduction de l'ozone dès 2030. Ces mesures, jointes à une réduction substantielle des émissions de gaz carbonique pourraient limiter le réchauffement moyen global à moins de 2 °C durant les 60 prochaines années, chose que la limitation séparée des émissions ne pourra pas faire précisent les auteurs.

Article n°9 : « Simultaneously Mitigating Near-Term Climate Change and Improving Human Health and Food Security » par D. Shindell, G. Faluvegi et G. Milly de l'Université Columbia à New York. Pour une liste complète des auteurs, voir le manuscrit.


Des vents plus rapides sont une aubaine pour l'albatros hurleur. L'albatros hurleur, ou grand albatros, qui passe la plus grande partie de sa vie en vol bénéficie des vents de plus en plus rapides qui sont apparus sur l'océan Austral ces dernières décennies indique une étude. Alors que les études sur le changement climatique se focalisent sur des facteurs comme la température ou les précipitations, Henri Weimerskirch et ses collègues européens ont plutôt considéré le vent, composante particulièrement importante de l'environnement marin. De nombreux oiseaux marins se servent du vent pour se déplacer entre leurs lieux de reproduction et d'alimentation, et l'albatros hurleur, qui a la plus grande envergure parmi les oiseaux actuels, est un voilier bien connu. Weimerskirch et ses collègues ont analysé les données recueillies pendant 40 ans sur une population d'albatros vivant sur les côtes ventées des îles Crozet dans l'océan Austral. Pendant des décennies, les chercheurs ont étudiés les mouvements et la reproduction de cet oiseau et les ont équipés dès 1989 d'émetteurs satellites pour suivre leurs déplacements. Les auteurs de l'étude ont trouvé qu'une modification dans la configuration des vents, probablement dû au changement climatique, a permis aux oiseaux d'augmenter leur vitesse et réduit le temps de leurs explorations. Ces voyages plus courts ont eu un effet positif à la fois sur leur reproduction et la masse des adultes. Les auteurs notent cependant que ces effets pourraient ne pas perdurer si le changement climatique se poursuit. Il se peut en effet que les vents deviennent trop rapides pour les oiseaux et que les alizés se déplacent vers le sud, ce qui rendrait les îles Crozet moins intéressantes pour l'alimentation.

Article n°15 : « Changes in Wind Pattern Alter Albatross Distribution and Life-History Traits » par H. Weimerskirch, M. Louzao, S. de Grissac et K. Delord du Centre d'Etudes Biologiques de Chizé, CNRS à Villiers en Bois, France ; M. Louzao du Centre Helmholtz pour la recherche en environnement–UFZ à Leipzig, Allemagne et de l'Instituto Español de Oceanografía à Xixón, Espagne.


Des prises rapides d'opiacés pourraient agir contre la douleur chronique. Une courte mais forte dose d'opiacés pourrait réduire le « volume » du signal amplifiant la douleur qui est exacerbé chez les patients ayant une douleur chronique indique une étude chez le rat. Il est connu que de petites doses continues d'opiacés peuvent soulager de la douleur en modérant les voies nerveuses de la douleur, par le relâchement des connexions entre les neurones de sorte qu'ils sont dans un état dit de « dépression synaptique ». La douleur chronique apparaît typiquement lorsque des neurones se retrouvent bloqués dans l'état opposé, dit de « potentialisation synaptique ». Ruth Drdla-Schutting et ses collègues en Australie et en Allemagne rapportent maintenant qu'une seule dose élevée d'opiacé peut faire disparaître durablement la potentialisation synaptique dans certains neurones de la moelle épinière. Cette dose a aussi réduit la sensibilité des rats à un stimulus douloureux appliqué à leur patte. Pris de cette manière, les opiacés pourraient ainsi éliminer une cause notable de douleur chronique.

Article n°20 : « Erasure of a Spinal Memory Trace of Pain by a Brief, High-Dose Opioid Administration » par R. Drdla-Schutting, G. Wunderbaldinger et J. Sandkühler de l'Université Médicale de Vienne à Vienne, Autriche ; J. Benrath du Centre Médical Universitaire de Mannheim et de l'Université de Heidelberg à Mannheim, Allemagne.


En Inde, les quotas pour les femmes stimulent leurs ambitions. La mise en place de quotas est de plus en plus courante pour pallier la sous-représentation des femmes en science, en politique ou dans les conseils d'administration des sociétés. Cette politique est-elle pour autant efficace à long terme ? Une nouvelle étude qui a profité de deux cycles d'élections publiques en Inde prouve que réserver des postes de décideurs politiques à des femmes peut avoir une influence positive sur l'attitude des parents et de leurs enfants. Après le passage d'une loi en 1993 qui réservait des postes pour les femmes en Inde dans certains conseils de village, Lori Beaman et ses collègues ont suivi plus de 8 000 adolescentes et leurs parents de 495 villages différents à travers le pays. Leur étude était conçue pour évaluer les aspirations des étudiantes, comme leurs objectifs d'éducation et d'activité, ainsi que celles de leurs parents. Après analyse des résultats, Beaman et les autres chercheurs indiquent, entre autres choses, que les adolescentes indiennes passaient plus de temps à l'école et moins de temps à faire les corvées domestiques dans les villages où des postes avaient été réservés aux femmes. Leur étude montre aussi qu'après le second cycle d'élections avec des quotas pour les femmes, les parents avaient plus d'ambitions pour leurs filles, et celles-ci en avaient plus pour elles-mêmes, ce qui a réduit l'écart entre les sexes dans les villages ayant des postes directeurs réservés aux femmes. Comme l'attitude des participants à l'étude ne semblait pas changer avant le second cycle des élections, les chercheurs suggèrent que les femmes dirigeantes ont eu un rôle de modèle pour les adolescentes indiennes et leurs parents. Selon Beaman et ses collègues, leurs résultats démontrent que des lois peuvent aider à créer des rôles modèles pour ouvrir des opportunités auparavant inaccessibles à un groupe, et qu'une telle action ne semble pas diminuer les aspirations de ceux extérieurs à ce groupe.

Article n°21 : « Female Leadership Raises Aspirations and Educational Attainment for Girls: A Policy Experiment in India » par L. Beaman de l'Université Northwestern à Evanston, IL ; E. Duflo du Massachusetts Institute of Technology à Cambridge, MA ; R. Pande de l'Université Harvard à Cambridge, MA ; P. Topalova du Fond Monétaire International à Washington, DC.

###



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.