[ Back to EurekAlert! ]

PUBLIC RELEASE DATE:
16-Feb-2012

[ | E-mail ] Share Share

Contact: Brad deYoung
bdeyoung@mun.ca
709-690-3318
Natural Sciences and Engineering Research Council

Aires marines protégées : Les changements climatiques pourraient déranger les plans

Ce communiqué est disponible en anglais.

Vancouver (Colombie-Britannique), le mercredi 15 février -- Les aires marines protégées pourraient fort bien se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment. En effet, en raison des conditions changeantes, les espèces marines se déplacent. Au cours des 50 dernières années, elles ont effectué des déplacements pouvant aller jusqu'à 3 km par année. Selon les prévisions, cette migration pourrait atteindre 300 km au cours des 50 prochaines années.

L'emplacement des aires marines protégées n'a pas toujours été choisi dans l'optique des changements climatiques. C'est pourquoi les chercheurs se demandent si ces aires, dont l'objectif est de protéger la biodiversité, peuvent résister à l'épreuve du temps.

Il se peut que les aires marines protégées statiques, ou les aires restreintes, soient inadéquates, puisque les conditions océaniques évoluent et que la distribution des espèces fluctue en réponse aux changements climatiques. Il faudra donc accroître la flexibilité de la conception et de la gestion de ces zones d'une grande richesse écologique, ainsi que la collaboration et la prévoyance.

À l'occasion de l'assemblée annuelle de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS) qui aura lieu cette semaine à Vancouver, Brad deYoung, de la Memorial University of Newfoundland, fera une revue des avancées technologiques réalisées dans la modélisation et l'observation des océans et expliquera comment l'intégration de ces nouveaux outils et une collaboration accrue peuvent renforcer l'efficacité des aires marines protégées, maintenant et dans l'avenir.

« Les changements climatiques ajoutent à l'incertitude entourant le processus nécessaire de conception des aires marines protégées et l'éventuelle efficacité de ces zones. Cependant, cette incertitude ne justifie aucunement l'inaction, explique M. deYoung. Bien qu'elles soient imparfaites, nos connaissances sont certainement suffisantes pour concevoir des aires marines protégées efficaces. Les nouveaux outils de modélisation et d'observation viennent compléter avantageusement notre boîte à outils des océans. »

###

La séance de l'AAAS intitulée Designing Marine-Protected Area Networks Within Changing Global Climate Conditions (Concevoir des réseaux d'aires marines protégées dans le contexte des changements climatiques mondiaux) a lieu le vendredi 17 février, de 8 h à 9 h 30, dans la salle 116 117 de l'immeuble de l'Ouest du Vancouver Convention Centre.

Ce dossier fera l'objet d'une conférence de presse spéciale de l'AAAS à Vancouver le jeudi 16 février, à 12 h (heure normale du Pacifique).

Les travaux de M. deYoung sont appuyés par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).

Renseignements :

Brad deYoung
Memorial University of Newfoundland
Tél. : 1-709-690-3318
Courriel : bdeyoung@mun.ca

Arnet Sheppard
CRSNG
Tél. : 1-613-410-7592
Courriel : arnet.sheppard@nserc-crsng.gc.ca

###


[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.