[ Back to EurekAlert! ]

PUBLIC RELEASE DATE:
8-Feb-2012

[ | E-mail ] Share Share

Contact: Natasha Pinol
npinol@aaas.org
202-326-7088
American Association for the Advancement of Science
@AAAS_News

Affamer les cellules renforce la chimiothérapie

Quelques jours de jeûne pourraient retarder la progression du cancer et améliorer l'efficacité des chimiothérapies selon une nouvelle étude chez la souris. Le résultat indique que jeûner avant d'engager une chimiothérapie protège les animaux, et peut-être les hommes, contre les effets secondaires d'un traitement. Dans leur étude, Valter Longo et ses collègues montrent que jeûner pendant deux jours en l'absence de tout autre traitement peut retarder la progression de différents types de cancers chez la souris et pourrait dans certains cas être aussi efficace que la chimiothérapie. La combinaison du jeûne et de la chimiothérapie semble toutefois plus efficace pour rendre les cellules normales plus résistantes aux produits de la chimiothérapie. En fait, le jeûne joint à la chimiothérapie a même favorisé la survie à long terme sans cancer de 40 pour cent des souris ayant un neuroblastome. Bien que les essais cliniques testant l'effet du jeûne dans les traitements anticancéreux soient encore à un stade précoce, ces études suggèrent que des cycles de jeûne ont le potentiel d'accroître l'efficacité de la chimiothérapie. Ce résultat est particulièrement intéressant pour les patients ayant un cancer à un stade avancé pour lesquels les traitements standards ne sont plus efficaces.

###

Article : « Fasting Cycles Retard Growth of Tumors and Sensitize a Range of Cancer Cell Types to Chemotherapy » par C. Lee, S. Brandhorst, F.M. Safdie, M. Wei, S. Hwang, A. Merlino et V.D. Longo de l'University of Southern California à Los Angeles, CA; L. Raffaghello, G. Bianchi et V. Pistoia de l'Institut Giannina Gaslini à Gênes, Italie; A. Martin-Montalvo et R. de Cabo du National Institute on Aging, National Institutes of Health à Baltimore, MD; L. Emionite de l'Animal Research Facility Istituto Tumori à Gênes, Italie; S. Brandhorst de l'Université de Duisburg-Essen à Essen, Allemagne.



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.