[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 23-Feb-2012
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Almudena Ortega
almudenaortega@ugr.es
34-649-273-904
University of Granada

Explication de la raison pour laquelle, lorsque nous récupérons une partie de l’information associée à un souvenir, nous avons du mal à nous souvenir du reste

Ce communiqué est disponible en anglais.

Des chercheurs des universités de Grenade et de Jaén ont découvert la raison pour laquelle, lorsque nous récupérons une partie de l'information associée à un souvenir, nous avons du mal à nous souvenir du reste. Ce phénomène est connu dans le domaine de la Psychologie comme Oubli Induit par la Récupération (OIR), et les scientifiques ont déterminé le processus cognitif chargé de le produire ainsi que la durée des effets de ce genre d'oubli.

Pour mener à bien cette recherche, ses auteurs ont élaboré différentes activités mnésiques dans lesquelles les participants doivent étudier un matériel déterminé, puis récupérer partiellement l'information étudiée. Cette tâche a été dessinée à différents niveaux de difficulté et avec différents types de matériels, et appliquée aussi bien à des jeunes (étudiants universitaires) qu'à des personnes âgées (une moyenne de 65 ans).

En premier lieu, les participants apprennent une série de mots organisée, par exemple, par catégories sémantiques. Lors d'une seconde phase, on présente aux participants une série de pistes afin qu'ils se souviennent de la moitié des exemplaires de la moitié des catégories touchées. Après cela, on leur pose des questions sur tous les éléments étudiés lors de la première phase. On observe là que les éléments qui n'ont pas été rappelés pendant la seconde phase mais faisant partie des catégories pratiquées, se rappellent encore moins que les éléments non récupérés lors de la seconde phase et qui font également partie de catégories non récupérées par la mémoire.

Deux questions non résolues

L'objectif de ce travail a été d'approfondir dans la caractérisation du mécanisme de contrôle cognitif impliqué dans l'Oubli Induit par la Récupération (OIR). Bien que certaines propriétés de ce phénomène soient déjà connus, deux questions importantes n'ont pas encore été résolues : le caractère contrôlé vs automatique du mécanisme responsable de réduire l'accessibilité des traits de mémoire, et les paramètres temporels de cette faible accessibilité.

Les scientifiques de l'UGR ont résolu ces deux questions et ont corroboré le caractère adaptatif de l'Oubli Induit par la Récupération. Il s'agit d'un effet qui se produit comme conséquence de l'action d'un mécanisme de contrôle cognitif qui s'avère efficace même chez des personnes présentant un certain déficit dans le contrôle exécutif. Ce mécanisme permet de réduire l'accessibilité de traits qui, autrement, pourraient affecter la récupération d'information objective, mais qui, cependant, montre ses effets de façon plus ou moins persistante, en fonction du type d'information qui se voit affectée par lui. Loin de produire des effets permanents de perte d'accessibilité, l'information oubliée peut se récupérer avec normalité en peu de temps si elle occupe un espace central dans la structure cognitive de l'individu.

###

L'auteure principale de ce travail est Almudena Ortega, du Département de Psychologie Expérimentale de l'Université de Grenade, avec les professeurs Teresa Bajo Molina (Université de Grenade) et Carlos J. Gómez Ariza (Université de Jaén). Une partie des résultats de cette recherche a été publiée dans la revue Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory and Cognition.

Contact: Almudena Ortega. Département de Psychologie Expérimentale de l'Université de Grenade. Courriel: almudenaortega@ugr.es



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.