Public Release:  La microfluidique pour prédire la sévérité de l'anémie falciforme

American Association for the Advancement of Science

Un appareil de microfluidique capable de mesurer de subtils changements dans le flux sanguin pourrait aider les médecins à prédire la gravité d'une maladie comme la drépanocytose ou anémie falciforme rapporte une nouvelle étude. Les personnes atteintes de cette maladie ont une forme mutée de leur hémoglobine qui provoque une déformation en faucille des globules rouges dont circulation se trouve alors altérée. Bien que des tests moléculaires et génétiques existent pour diagnostiquer facilement cette pathologie, on dispose encore de peu de moyens pour estimer la gravité de la maladie. Les patients lourdement atteints ont des crises de vaso-occlusion déclenchées par l'accumulation des globules rouges dans les capillaires et leur obstruction. Ce phénomène restreint le flux sanguin dans les organes et cause de violentes douleurs, des lésions dans les tissus, des accidents vasculaires et d'autres complications. Certains patients ont de tels épisodes presque chaque mois. D'autres au contraire n'ont pas de problèmes pendant des années. David K. Wood et ses collègues ont mis au point un appareil de microfluidique qui recrée le processus d'occlusion seulement à partir d'un échantillon sanguin. La vitesse d'apparition de ce phénomène dans l'appareil semble en rapport avec la fréquence des crises de vaso-occlusion chez les patients. Les chercheurs ont testé un échantillon de sang chez 29 patients ayant des globules rouges falciformes, dont 23 patients avec une forme sévère de la maladie et 6 une forme bénigne. L'appareil comporte trois niveaux de canaux correspondant à un capillaire artificiel pour faire circuler le sang, un niveau d'hydratation et un réservoir d'oxygène permettant de mesurer la chute de la vitesse du flux sanguin dans le capillaire lorsque les globules rouges falciformes perdent leur oxygène. Le changement de vitesse dépend de la pression responsable de la circulation sanguine et les chercheurs se sont intéressés au rapport entre la vitesse et la pression, ou conductance. Ce marqueur biophysique s'est avéré plus précis que ceux déjà utilisés tels que le nombre de globules blancs. Bien qu'il soit presque impossible de prévoir exactement l'occurrence des occlusions, l'identification des individus à haut risque pourrait aider les médecins à discerner parmi leurs patients ceux ayant le plus besoin de transfusions sanguines ou d'autres thérapies.

###

Article : « A Biophysical Indicator of Vaso-occlusive Risk in Sickle Cell Disease » par D.K. Wood et S.N. Bhatia du Massachusetts Institute of Technology à Cambridge, MA ; A. Soriano et S.N. Bhatia du Brigham and Women's Hospital à Boston, MA ; L. Mahadevan de l'Université de Harvard à Cambridge, MA ; J.M. Higgins du Massachusetts General Hospital à Boston, MA ; L. Mahadevan et J.M. Higgins de la Harvard Medical School à Boston, MA ; S.N. Bhatia du Howard Hughes Medical Institute à Cambridge, MA.

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.