[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 29-Feb-2012
[ | E-mail Share Share ]

Contact: William Raillant-Clark
w.raillant-clark@umontreal.ca
514-343-7593
American Association for the Advancement of Science

Une Montréalaise combattra la défiguration des enfants au Congo

La jeune diplomee Marie Renaud s'envolera le ler mars pour appuyer les services de sante

Ce communiqué est disponible en anglais.

MONTRÉAL, le 29 février 2012 - Marie Renaud, actuellement stagiaire à l'Unité de santé internationale (affiliée avec l'Université de Montréal et le CHUM) travaillera pour le bureau africain de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) où elle contribuera aux demandes de financement liées à la maladie du Noma, ou cancrum oris. Il s'agit d'une maladie bucco-faciale qui ronge le visage des enfants, majoritairement en Afrique Sub-Saharienne. C'est une des maladies les plus mortelles de notre époque car, dans 90 % des cas, les enfants meurent en moins de deux semaines, et ceci malgré le fait qu'il existe un traitement disponible à faible coût.

Un visage dont le monde se détourne

Cette maladie, surnommée « le visage de la pauvreté », souffre d'un manque considérable d'attention de la part des gouvernements et des grandes organisations internationales. Ce sujet, auquel madame Renaud a consacré son mémoire de maîtrise, lui tient particulièrement à cœur.

Selon elle, « l'éradication du Noma devrait être une des grandes causes médicales et humanitaires de notre époque, car la maladie touche une population complètement démunie et sans défense, et est le symbole par excellence de problèmes de société bien plus importants. » Ainsi, le Noma symboliserait à ses yeux le profond problème mondial de la répartition inégale des richesses et de l'extrême pauvreté, et de ses conséquences sur la santé. Malgré cela, il n'y a eu aucun progrès dans la réduction de la mortalité reliée au Noma dans la dernière décennie.

Les 10 % qui survivent à la maladie sont dévisagés et présentent des séquelles graves avec des conséquences terribles : en plus d'être rejetés par leur communauté, ils éprouvent des difficultés majeures d'élocution, de nutrition et de respiration. L'essentiel des actions entreprises jusqu'ici se concentre sur les interventions chirurgicales post-défiguration. Des opérations lourdes et coûteuses alors que des actions de santé publique devraient être envisagées pour prévenir l'apparition de la maladie et la détecter dès les premiers symptômes.

Une tournée africaine

La première étape de son périple commence au Gabon, au Centre Hospitalier Régional d'Oyem (CHRO), avec la réalisation d'une analyse financière et d'une enquête de satisfaction, un travail précieux pour cet établissement soucieux d'améliorer la qualité de ses soins. Deux mois plus tard, elle partira en direction de Brazzaville, République du Congo, pour travailler sur le Noma. Elle y restera trois mois.

###

Disponibilités pour une entrevue en anglais ou en français

Jusqu'au 1er mars : lundi et mardi (27 et 28 février), entre 9 h 30 et 21 h, le mercredi 29 février de 12 h à 21 h et le jeudi 1er mars entre 9 h et midi. Téléphone : 438-826-1678.

À partir du 3 mars : contacter Maryève Tassot (maryeve.tassot.chum@ssss.gouv.qc.ca) 514-890-8000 poste 16340 pour organiser une entrevue entre 8 h et 12 h.

Au sujet de Marie Renaud: En septembre 2011, Marie Renaud a terminé avec mérite une maîtrise en développement international et démographie (MSc Population and Development) de la London School of Economics and political sciences (LSE). Préalablement, attirée par les enjeux mondiaux, elle a effectué un certificat en Études Internationales à la Faculté des Arts et Sciences de l'Université de Montréal, puis un Baccalauréat en Administration des Affaires trilingue (enseigné en anglais, espagnol et français) à l'école des Hautes Études Commerciales (HEC), pour lequel elle a obtenu le profil d'excellence Mercure.

Liens :

Unité de Santé International - http://www.santeinternationale.ca

L'Organisation mondiale de la santé en Afrique - http://www.afro.who.int



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.