[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 18-Apr-2012
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Natasha Pinol
npinol@aaas.org
202-326-7088
American Association for the Advancement of Science

Un traitement postnatal pour l'infirmité motrice cérébrale

Une nouvelle technique fondée sur les nanotechnologies ciblant les cellules de l'inflammation nichées dans le cerveau pourrait servir à traiter l'infirmité motrice cérébrale après la naissance selon une étude faite chez des animaux. L'infirmité motrice cérébrale, due à une lésion du cerveau au cours de son développement pendant la grossesse ou les premiers mois, recouvre des troubles altèrant beaucoup de fonctions du système nerveux, notamment motrices. En réponse à une lésion, des cellules dites microgliales et astrocytaires du cerveau sont activées, ce qui leur permet de réparer les dommages et d'éliminer les débris cellulaires. Ces cellules peuvent aussi malheureusement réagir trop fortement et se mettre à détruire les tissus normaux environnants, ce qui mène à une neuroinflammation. Les médicaments anti-inflammatoires actuels doivent franchir plusieurs barrières dans le cerveau avant de parvenir à la microglie et aux astrocytes pour d'agir pleinement. Dans leur étude, Sujatha Kannan et ses collègues montres que des molécules en forme d'arbre appelées dendrimères traversent facilement ces obstacles et peuvent véhiculer les médicaments jusque dans le cerveau. Les dendrimères s'avèrent capables d'améliorer les symptômes de l'infirmité motrice cérébrale chez de très jeunes lapins. Chose intéressante, une fois les dendrimères dans le cerveau, ils se trouvent absorbés par les cellules responsables de la neuroinflammation, réduisant ainsi directement l'inflammation et ses effets nocifs. Les chercheurs ont donnés aux lapereaux ayant une infirmité motrice cérébrale des dendrimère chargés en médicaments et montré que leur fonction motrice s'améliorait nettement en à peine cinq jours comparés aux animaux non traités. Ces résultats suggèrent que ces dendrimères auraient le potentiel de faire reculer les atteintes au cerveau chez les nouveaux-nés présentant une neuroinflammation. L'équipe prévoit maintenant de voir si les améliorations dans la fonction motrice notées dans l'étude se maintiennent chez les animaux adultes. Un article Focus associé commente ces résultats et souligne que l'utilisation de nanomatériaux pour traiter des blessures cérébrales ouvre de nouvelles perspectives dans le diagnostic, l'imagerie et l'administration de médicaments chez le nouveau-né.

###

Article : « Dendrimer-Based Postnatal Therapy for Neuroinflammation and Cerebral Palsy in a Rabbit Model » par S. Kannan, H. Dai, R.S. Navath, B. Balakrishnan, A. Jyoti, R. Romero, R.M. Kannan du Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health and Human Development, National Institutes of Health à Detroit, MI ; S. Kannan, H. Dai, B. Balakrishnan, A. Jyoti du Children's Hospital of Michigan à Detroit, MI ; S. Kannan, H. Dai, B. Balakrishnan, A. Jyoti du Detroit Medical Center à Detroit, MI ; R.S. Navath, J. Janisse, R.M. Kannan, S. Kannan, H. Dai, B. Balakrishnan, A. Jyoti de la Wayne State University à Detroit, MI ; S. Kannan, R.M. Kannan de la Johns Hopkins University School of Medicine à Baltimore, MD.



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.