[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 25-Apr-2012
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Natasha Pinol
npinol@aaas.org
202-326-7088
American Association for the Advancement of Science

Une molécule traite le comportement autistique chez la souris

Une molécule ciblant l'action du glutamate, une substance chimique du cerveau, réduit deux symptômes centraux de l'autisme que sont le comportement répétitif et le manque de sociabilité dans un modèle de la maladie chez la souris. Comme des médicaments inhibant les effets du glutamate sont déjà en cours d'essais cliniques chez l'homme pour d'autres troubles tels que le syndrome de l'X fragile, ils pourraient aussi être testés chez les patients autistes. Chez les mammifères, les neurones contenant le glutamate contrôlent les comportements répétitif et social. Le GRN-529 est une molécule qui régule la quantité de glutamate libéré dans le cerveau. Il agit sur le récepteur mGlurR5. Jill Silverman et ses collègues ont testé les effets du GRN-529 dans des expériences portant sur une souche consanguine particulière de souris. Ces animaux, contrairement aux autres modèles de l'autisme chez la souris, présentent un comportement clair de type autistique, dont des interactions sociales anormales, des modes de communication perturbés et un autotoilettage répétitif. L'équipe a injecté le produit dans le cerveau des souris et trouvé que cela réduisait les comportements répétitifs et palliait en partie le manque frappant de sociabilité des animaux. Le traitement n'a pas amélioré la communication des souris, ce qui suggère que le récepteur mGluR5 n'est pas impliqué dans des tâches comportementales complexes. L'équipe a reproduit cet effet positif du GRN-529 dans deux expériences séparées avec les souris dans deux laboratoires différents. Le résultat obtenu est en faveur du développement d'essais cliniques pour tester l'effet de médicaments inhibant l'action du glutamate chez des personnes atteintes d'autisme. Un article Focus associé relève cependant qu'il y a de nombreuses raisons pour qu'un médicament efficace chez l'animal ne le soit pas chez l'homme, et pour que de premiers résultats cliniques prometteurs n'aboutissent pas à un traitement actif. Ces restrictions en tête, les auteurs espèrent cependant que des traitements pour l'autisme émergeront de ces travaux et d'autres à venir.

###

Article : « Negative Allosteric Modulation of the mGluR5 Receptor Reduces Repetitive Behaviors and Rescues Social Deficits in Mouse Models of Autism » par J.L. Silverman, M.N. Karras, S.M. Turner, S.S. Tolu et J.N. Crawley du National Institute of Mental Health à Bethesda, MD ; D.G. Smith, S.J. Sukoff Rizzo, D.K. Bryce, D.L. Smith, K. Fonseca et R.H. Ring du Pfizer Worldwide Research and Development à Groton, CT ; R.H. Ring de l'Autism Speaks à Princeton, NJ.



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.