Public Release:  Inauguration du Laboratoire international de physique des particules SNOLAB

Un laboratoire international de physique des particules a 2 km sous la terre, issu de la collaboration de chercheurs de l'Universite de Montreal et des universites Carleton, Queen's, d'Alberta et Laurentienne

University of Montreal

Ce communiqué est disponible en anglais.

MONTRÉAL et SUDBURY, Ont., le 17 mai 2012 - L'Université de Montréal (UdeM) et ses partenaires procèdent aujourd'hui à l'inauguration du SNOLAB, un véritable laboratoire souterrain de physique des particules, issu de la collaboration de chercheurs de l'UdeM et des universités Carleton, Queen's, d'Alberta et Laurentienne.

Le laboratoire, situé à deux kilomètres sous terre, permettra de répondre à des questions fondamentales sur l'histoire et la composition de l'Univers, mais aussi au sujet des supernovas, de notre étoile, le soleil, et de notre propre planète. Le SNOLAB sera le cœur d'une foule d'expériences dont PICASSO, un projet international mené par des chercheurs de l'Université de Montréal. « Pour ce qui est de la perspective des expériences en cours ou en construction, environ la moitié, dont PICASSO, portent sur la détection de la matière sombre dans l'Univers et plus spécifiquement les WIMPs (particules massives interagissant faiblement), qui seraient des particules que nous ne connaissons pas encore et qui constitueraient de la nouvelle physique, explique le professeur Viktor Zacek, du département de physique de l'Université de Montréal et leadeur de l'expérience PICASSO. En effet, la présence de matière sombre et l'énergie sombre sont des évidences que nous sommes encore loin d'avoir tout compris sur la physique et le monde qui nous entoure. » L'énergie sombre est au cœur d'une théorie qui expliquerait divers phénomènes dans notre univers, dont l'accélération de son expansion. La matière sombre est une matière qui se manifeste par ses effets gravitationnels. Elle est déduite de l'observation de différentes structures galactiques effectuées par les astrophysiciens mais qui ne peut pas, pour le moment, être observé directement et dont la nature est inconnue.

Situé dans la mine Creighton de la compagnie Vale Inco, près de Sudbury, Ontario, le SNOLAB est un prolongement de l'Observatoire de neutrinos de Sudbury (SNO). Pour les connaisseurs, la recherche qui y est menée porte principalement sur les sujets suivants :

  • les neutrinos solaires de basse énergie ;
  • les géo-neutrinos, en provenance de l'intérieur de la terre ;
  • la double désintégration bêta sans émission de neutrinos ;
  • la recherche des particules constituant la matière sombre ;
  • la recherche de neutrinos produits par les supernovas.

Ce sont des domaines où les conditions d'expérimentation nécessitent une réduction du bruit de fond produit par le rayonnement cosmique et radio-isotopique, ce qui explique que le SNOLAB soit sous la terre.

Selon le Professeur Zacek, qui mène ses expérimentations grâce à la nouvelle infrastructure, « ce laboratoire scientifique, spécialisé dans la physique des neutrinos - des particules élémentaires - et de la matière sombre, guidera nos travaux menant à la compréhension de l'Univers, dont la composition reste encore inconnue à 96 %. Qui sait ? Peut-être pourrons-nous reconstituer les premiers instants du Big Bang dans un observatoire 2000m sous terre? »

###

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.