[ Back to EurekAlert! ]

PUBLIC RELEASE DATE:
16-May-2012

[ | E-mail ] Share Share

Contact: Natasha Pinol
npinol@aaas.org
202-326-7088
American Association for the Advancement of Science
@AAAS_News

Les lésions cérébrales dues aux déflagrations chez les vétérans militaires

Les vétérans victimes de lésions cérébrales dues à des déflagrations aurait un risque accru de développer une encéphalopathie traumatique chronique ou ETC, une maladie dégénérative du cerveau présente chez les personnes ayant une histoire de traumatismes cérébraux répétés comme les joueurs de hockey sur glace ou de football américain. Marquée par une dégénérescence progressive du cerveau et l'accumulation d'une protéine tau anormale, l'ETC comportent des symptômes incluant des problèmes de mémoire, des pensées suicidaires, l'agressivité et la démence. La maladie peut s'instaurer des années après le traumatisme originel au cerveau. Les militaires et les civils dans les zones de combat sont exposés à un risque élevé de ce type de traumatisme dû à des engins explosifs improvisés (EEI). L'onde de pression générée par l'explosion, ou le souffle assez puissant pour éjecter une personne de son véhicule, sont connus pour entraîner de sérieux dégâts dans le cerveau mais leurs effets à long terme restaient méconnus. Lee Goldstein et ses collègues ont trouvé, en analysant les tissus cérébraux de vétérans et de joueurs de football américain décédés, des marques d'ETC. L'équipe a ensuite créé un modèle d'exposition au souffle chez la souris en mettant au point un tube spécial capable de donner ce type de choc à l'animal. Le tissu cérébral lésé des souris présente de nombreuses similitudes avec celui des vétérans militaires, dont l'accumulation de protéine tau et une neurodégénérescence progressive qui sont autant de marques d'ETC. Les souris avaient aussi des problèmes d'apprentissage et de mémoire mais celles dont la tête était maintenue fixe lors de la déflagration en avaient nettement moins. Ces résultats suggèrent que le dommage traumatique au cerveau lié à une déflagration peut déclencher le développement d'une ETC et qu'il pourrait être la conséquence de l'accélération subie par la tête lors du souffle de l'explosion.

###

Article : « Chronic Traumatic Encephalopathy in Blast-Exposed Military Veterans and a Blast Neurotrauma Mouse Model » par L.E. Goldstein, A.M. Fisher, C.A. Tagge, M.W. Wojnarowicz, N. Casey, J.A. Moncaster, O. Minaeva, C.J. Nowinski, R.A. Stern, R.C. Cantu et A.C. McKee de la Boston University School of Medicine à Boston, MA ; L.E. Goldstein, R.A. Stern, J.K. Blusztajn, B.L. Wolozin, T. Ikezu, T.D. Stein, A.E. Budson, N.W. Kowall, A.C. McKee du Boston University Alzheimer's Disease Center à Boston, MA ; L.E. Goldstein, A.M. Fisher, C.A. Tagge, J.M. Kracht, N. Casey, J.A. Moncaster, O. Minaeva, A. Sharon et R.O. Cleveland de l'Université de Boston à Boston ; MA, X. Zhang, L. Velisek, J.A. Sullivan, C. Upreti, C.J. Goletiani, G.M. Maglakelidze et P.K. Stanton du New York Medical College à Valhalla, NY ; M. Ericsson de la Harvard Medical School à Boston, MA ; R.D. Moir, R.E. Tanzi du Massachusetts General Hospital à Charlestown, MA ; R.C. Cantu de l'Emerson Hospital à Concord, MA ; J. Geiling du Veterans Affairs Medical Center à White River Junction, VT ; T.D. Stein, A.E. Budson, N.W. Kowall et A.C. McKee du Veterans Affairs Boston Healthcare System in Boston, MA ; D. Chargin et A. Sharon du Fraunhofer Center for Manufacturing Innovation à l'Université de Boston à Brookline, MA ; S. Saman et G.F. Hall de l'Université du Massachusetts, Lowell à Lowell, MA ; W.C. Moss du Lawrence Livermore National Laboratory à Livermore, CA ; R.O. Cleveland de l'Université d'Oxford à Oxford, Royaume-Uni.



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.