[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 22-May-2012
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Professor Dr. Harald Krug
harald.krug@empa.ch
41-587-657-248
Swiss Federal Laboratories for Materials Science and Technology (EMPA)

Normalisation des tests sur les nanoparticules

Ce communiqué est disponible en anglais.

Un nouvel ouvrage standard, publié sous la direction de l'Empa, doit conduire à une uniformisation dans la recherche européenne sur les nanoparticules. Des prescriptions de laboratoire précises pour la fabrication de nanoparticules définies et sur leur analyse posent sur de nouvelles bases les travaux dans ce domaine et les rendent pour la première fois comparables entre eux. Cet ouvrage est édité par Harald Krug qui dirige la laboratoire «Materials meet Life» de l'Empa.

Ce nouvel ouvrage standard doit mettre fin à la «confusion babylonienne» qui règne encore dans la nanorecherche. C'est du moins ainsi que Harald Krug, membre de la direction de l'Empa et spécialiste des nanoparticules, juge la situation actuelle. Au cours de ces dernières années, le nombre des publications sur la nanotoxicologie s'est accru de manière vertigineuse – de 150 en 2004 à 1'800 l'année dernière. Toutefois, comme l'a constaté Krug, la description des nanoparticules testées varie d'une étude à l'autre. «Parfois seule la substance étudiée est mentionnée, par exemple l'oxyde de zinc» critique Krug. «Mais sous quelle forme se trouvent les nanoparticules? Est-ce que ce sont des sphères? Des cylindres? Ou des aiguilles ultrafines? A part l'oxyde de zinc, trouve-t-on encore des traces de catalyseurs? Le matériau possède-t-il un revêtement pour stabiliser sa surface?» Tout cela reste sans réponse dans de nombreuses publications. Ce qui fait que les résultats de ces travaux de recherche ne sont pas comparables entre eux et par là aussi souvent sans aucune valeur.

Ce nouvel ouvrage de référence, portant le titre «Quality Handbook, Standard Procedures for Nanoparticle Testing», doit fournir une base scientifique commune pour les projets de nanorecherche européens. Il a été élaboré dans le cadre du projet «Nanommune» qui regroupe des instituts de recherche européens et des USA. Son financement a été assuré par le 7e programme cadre européen. Harald Krug en est l'éditeur et a aussi rassemblé les résultats de ses collègues.

Des prescriptions précises – avec des possibilités d'update

Ce manuel contient d'une part plus de 80 SOP's (Standard Operating Procedures), des prescriptions qui permettent de synthétiser en laboratoire des nanoparticules aux propriétés bien définies et d'autre part aussi des méthodes d'analyse standardisées pour la caractérisation physico-chimique des particules et de leur action biologique. Comme la science ne s'arrête jamais, un manuel de prescriptions statique n'aurait qu'une brève carrière devant lui avant que son contenu ne soit dépassé. C'est pourquoi les scientifiques qui ont rédigé cet ouvrage on pensé à son actualisation déjà lors de sa publication. «Dans un autre projet, (DaNa; www.nanopartikel.info) nous élaborons un formulaire SOP spécial qui permet de soumettre aux auteurs de manière standard les propositions d'amélioration des méthodes décrites» explique Krug. Ces améliorations seront alors prises en compte dans les prochaines éditions de ce Quality Handbook.

Dangereuses, les nanoparticules?

Le projet de recherche Nanommune, d'une durée totale de trois ans, était consacré à la caractérisation toxicologique des nanoparticules produites industriellement, soit en quelque sorte des nanoparticules «design» - à la différence des nanoparticules naturelles telles que les poussières fines. Ces nanoparticules artificielles recèlent un grand potentiel pour la croissance industrielle et elles pourraient contribuer à améliorer la qualité de vie de milliards de personnes. Toutefois les risques qui en découlent restent encore insuffisamment éclaircis jusqu'ici: les nanoparticules sont plus de 100 fois plus petites qu'une cellule et il est possible que le système immunitaire humain ne puisse pas les déceler. Où se rassemblent-elles, quelles voies empruntent-elles dans le corps et quels effets elles provoquent, toutes ces questions continuent à faire l'objet d'études. Toutefois, selon Krug, la panique n'est pas de mise: bien que les nanoparticules industrielles soient utilisées depuis plusieurs décennies déjà, elles n'ont encore provoqué aucun dommage pour la santé.

###


[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.