[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 27-Jun-2012
[ | E-mail Share Share ]

Contact: Natasha Pinol
npinol@aaas.org
202-326-7088
American Association for the Advancement of Science

Une thérapie génique pour guérir de la dépendance à la nicotine

La thérapie génique avec production d'un anticorps contre la nicotine empêche cette molécule d'entrer dans le cerveau, et cette approche représente un nouveau traitement potentiel de la dépendance au tabac indique une nouvelle étude chez la souris.

Lorsqu'un fumeur inhale, la nicotine passe des poumons dans le sang en quelques secondes. La drogue arrive ensuite au cerveau et agit sur des récepteurs de la récompense, déclenchant des sensations de plaisirs qui conduisent la personne qui fume à allumer une autre cigarette.

Les scientifiques ont récemment exploré l'idée d'un vaccin contre la nicotine qui bloquerait son entrée dans le cerveau. Malheureusement, l'approche typique pour faire des vaccins, où soit une partie du pathogène soit une souche inactive du pathogène est injectée pour induire une réponse immunitaire sous la forme par exemple d'anticorps, n'est pas très efficace dans le cas de la nicotine. La substance est si petite que le système immunitaire la voit peu et peut difficilement produire des anticorps. De plus, ces derniers ont une courte durée de vie.

Martin Hicks et ses collègues ont essayé une autre approche, la thérapie génique. Les chercheurs ont pris la séquence génétique d'un anticorps contre la nicotine et l'ont introduite dans un vecteur de thérapie génique. Puis ils ont injecté ce vecteur à des souris dépendantes de la nicotine. Le foie des animaux ainsi traités produit en permanence l'anticorps. Ces anticorps circulent alors dans le sang et se lient à la nicotine, l'empêchant d'accéder au cerveau. Ceci a permis de réduire la concentration de nicotine dans le cerveau à une faible fraction (15 pour cent) de celle présente dans les animaux non traités.

Les chercheurs prévoient dans leurs prochaines expériences de tester leur thérapie génique chez le rat et des primates non humains.

###

Article : « AAV-Directed Persistent Expression of an Anti-Nicotine Antibody Gene for Smoking Cessation » par M.J. Hicks, J.B. Rosenberg, B.P. De, O. Pagovich, J. Qiu, S.M. Kaminsky, N.R. Hackett, S. Worgall, R.L. Davisson et R.G. Crystal du Weill Cornell Medical College à New York, NY ; C.N. Young et R.L. Davisson de l'Université Cornell à Ithaca, NY ; K.D. Janda du Scripps Research Institute à La Jolla, CA.



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.