Public Release:  Articles marquants dans le Science du 6 juillet 2012

American Association for the Advancement of Science

Une étude sur le poker éclaire sur la prise de décision sociale. Les interactions sociales induisent notre cerveau à mettre en jeu plusieurs règles et peuvent influencer la manière dont nous prenons nos décisions selon une nouvelle étude. Ces dernières années, les neuroscientifiques de la cognition ont découvert que les gens prennent rarement des décisions seuls. Les êtres humains sont sensibles à ce que les autres pensent. Un bref coup de fil à sa mère ou une longue conversation avec un ami peuvent nous faire réfléchir à deux fois avant de prendre une décision ou nous donner l'énergie pour se lancer dans un projet. Scott Huettel et ses collègues ont conçu une expérience où les participants, des personnes sans connaissance du poker, jouaient à un poker simple virtuel contre une autre personne ou un ordinateur. Les participants rencontraient et serraient la main de leur adversaire juste avant la partie. Parfois, les joueurs avaient une main perdante et devaient décider ou pas de bluffer leur partenaire. Les chercheurs ont scanné 55 régions du cerveau de chaque participant et utilisé les images d'IRM fonctionnelle obtenues pour prédire ces bluffs. Ils ont découvert que l'activité d'une petite région du cerveau appelée la jonction temporo-pariétale peut servir à prédire la manière dont les gens vont jouer au poker, mais seulement contre un adversaire humain. Ces résultats apportent une preuve concrète que notre cerveau fonctionne différemment dans les situations sociales.

Article n°14 : « A Distinct Role of the Temporal-Parietal Junction in Predicting Socially Guided Decisions » par R.M. Carter, D.L. Bowling, C. Reeck et S.A. Huettel de l'Université Duke à Durham, NC.


Les récifs coralliens du Pacifique sont restés effondrés pendant des milliers d'années. Des relevés sur 6 000 ans des récifs coralliens de la côte du Panama révèlent que l'écosystème récifal dans le Pacifique-Est tropical s'est effondré durant environ 2 600 ans. Ceci a commencé il y a environ 4 000 ans et fut probablement provoqué par une augmentation de la force et de la fréquence de l'ENSO (El Niño - Oscillation australe) indiquent Lauren Toth et ses collègues. Si le réchauffement climatique crée un type d'ENSO plus fort et plus fréquent, précisent les chercheurs, les systèmes coralliens du Pacifique pourraient subir une destruction similaire. Les anciens récifs ont alors cessé de former plus de matière pendant environ 2 600 ans, soit 40 pour cent de leur histoire. Cet arrêt a coïncidé avec une augmentation de l'intensité et de la fréquence de l'ENSO qui a pu induire des eaux plus chaudes et plus sombres inhibant la production de corail. Les coraux ont fini par surmonter cette mauvaise passe, ce qui suggère que les écosystèmes coralliens actuels pourraient présenter une certaine résilience face au changement climatique moderne.

Article n°11 : « ENSO Drove 2500-Year Collapse of Eastern Pacific Coral Reefs » par L.T. Toth, R.B. Aronson, J.W. Hobbs, D.H. Urrego et R. van Woesik du Florida Institute of Technology à Melbourne, FL. Pour une liste complète des auteurs, voir le manuscrit.


Des particules annoncent leur relation à distance. Julius Hofmann et ses collègues ont fait la preuve d'une intrication quantique de deux atomes séparés de 20 mètres et mis au point une façon pour ces atomes de signaler leur état intriqué. Cet exploit est une étape majeure dans l'étude de l'intrication quantique et le développement d'applications pratiques comme le calcul quantique et les réseaux de communication. L'intrication quantique, quelque fois connue comme une « une action fantomatique à distance » est le fait que les propriétés quantiques de deux particules se retrouvent si étroitement associées même séparées que l'état quantique de l'une est modifié lorsque l'état de l'autre est mesuré. Pour pouvoir se servir d'une telle propriété, les scientifiques doivent cependant savoir quand l'état d'intrication débute. Pour créer cette « intrication annoncée », les chercheurs ont provoqué l'excitation de deux atomes de rubidium situés dans deux pièces du laboratoire séparées d'une vingtaine de mètres. Cette procédure a produit une paire de photon-atome intriquée dans chaque pièce qui a alors servi à intriquer les atomes. La détection des photons dans un état spécifique était « l'annonce » qui a permis aux chercheurs de savoir que les deux atomes étaient intriqués. Dans un article Perspective associé, Jürgen Volz et Arno Rauschenbeutel commentent les implications de cette expérience pour tester des questions fondamentales en physique quantique.

Article n°8 : « Heralded Entanglement Between Widely Separated Atoms » par J. Hofmann, M. Krug, N. Ortegel, L. Gérard, M. Weber, W. Rosenfeld et H. Weinfurter de l'Université Ludwig-Maximilians à Munich, Allemagne ; W. Rosenfeld et H. Weinfurter du Max-Planck Institut für Quantenoptik à Garching, Allemagne.

Article n°3 : « Two Atoms Announce Their Long-Distance Relationship » par J. Volz et A. Rauschenbeutel de l'Université de Technologie de Vienne à Vienne, Autriche.


La nature prépare la voie à un médicament dissolvant les caillots de sang. Des chercheurs ont conçu un nouveau système de transport de médicament qui mime le comportement des plaquettes dans le sang et oriente un médicament dissolvant les caillots vers les vaisseaux obstrués. Inspirés par le fait que les plaquettes s'accumulent vers les sites de contrainte de cisaillement par écoulement rapide et se retrouvent naturellement dans les vaisseaux sanguins étroits, Netanel Korin et ses collègues ont revêtu des nanoparticules conçues pour se rompre dans de telles conditions avec un médicament s'attaquant aux caillots, l'activateur tissulaire du plasminogène ou tPA. Il en a résulté un système de transport qui se focalise sur les vaisseaux où existent de fortes contraintes de cisaillement et libère ensuite le tPA lorsque ces contraintes atteignent une certaine force. Les chercheurs ont testé leur système chez la souris ayant des caillots de sang et trouvé qu'il pouvait y restaurer un flux sanguin normal en utilisant moins de tPA que typiquement nécessaire. Cette découverte est importante car le tPA peut comporter des effets indésirables comme des saignements excessifs lorsqu'il est administré dans le sang par la méthode classique. Comme le Velcro ou l'adhérence du gecko, ce mécanisme de ciblage des caillots est un exemple d'application « bio-inspirée ». Et si ce nouveau moyen n'est pas encore prêt pour un usage clinique, son perfectionnement pourrait conduire à améliorer le traitement de maladies potentiellement mortelles.

Article n°18 : « Shear-Activated Nanotherapeutics for Drug Targeting to Obstructed Blood Vessels » par N. Korin, M. Kanapathipillai, S.A. Bencherif, D. Bhatta et D.E. Ingber de l'Université de Harvard à Boston, MA ; B.D. Matthews, M. Crescente, A. Brill,T. Mammoto, K. Ghosh, S. Jurek, D.D. Wagner et D.E. Ingber du Children's Hospital Boston à Boston, MA ; B.D. Matthews, M. Crescente, A. Brill, T. Mammoto, K. Ghosh, S. Jurek, D.E. Ingber, D.D. Wagner et C.L. Feldman de la Harvard Medical School in Boston, MA ; A.U. Coskun de la Northeastern University à Boston, MA ; C.L. Feldman du Brigham and Women's Hospital à Boston, MA.

###

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.