[ Back to EurekAlert! ] Public release date: 1-Oct-2012
[ | E-mail Share Share ]

Contact: William Raillant-Clark
w.raillant-clark@umontreal.ca
514-343-7593
University of Montreal

Dance Dance Revolution fait évoluer l'activité physique chez les jeunes

C'est officiel -- de nombreux jeunes s'adonnent aux jeux vidéo physiques!

Ce communiqué est disponible en anglais.

MONTRÉAL, LE 1er OCTOBRE 2012 – Une étude menée par des chercheurs de l'Université de Montréal et publiée ce matin dans le journal Pediatrics est porteuse d'une bonne nouvelle pour les jeunes amateurs de consoles Wii ainsi que pour leurs parents : les jeux comme Wii Sports et Dance Dance Revolution permettent de se rapprocher des niveaux d'activité physique recommandés. Cette étude est la première en son genre. « Les adolescents s'adonnant à des jeux vidéo engendrant de l'activité physique (en anglais, exergaming, que l'on pourrait traduire par jeu vidéo physique) sont principalement des jeunes filles qui se soucient de leur poids. Elles réalisent en moyenne deux séances de 50 minutes de jeu par semaine, affirme l'auteure de l'étude, Jennifer O'Loughlin, œuvrant au Département de médecine sociale et préventive de l'université. « Étant donné que moins de 15 % des enfants et des adolescents s'adonnent régulièrement à des activités physiques à l'heure actuelle, nous sommes heureux de constater que le jeu vidéo physique peut contribuer à l'atteinte des niveaux d'activité physique recommandés. » Selon les recommandations actuelles, les jeunes devraient pratiquer une activité physique intense ou modérée pendant soixante minutes pratiquement tous les jours.

Cette étude s'est penchée sur les antécédents familiaux et les habitudes de jeu de 1 209 jeunes Montréalais âgés de 14 à 19 ans. Les adolescents et leurs parents ont rempli un sondage portant sur un éventail de points tels le revenu du ménage, la consommation de drogue, le poids et l'éducation, ce qui a permis aux chercheurs de s'assurer que le profil des joueurs établi n'est pas teinté d'un biais socioéconomique particulier. Le sondage portait également sur les jeux pratiqués, détaillant le nom des jeux ainsi que l'endroit, la durée, l'intensité et les partenaires de jeu. Les jeux vidéo physiques les plus populaires à domicile sont Wii Sports (68 % des joueurs), Dance Dance Revolution (40 %), Wii Fit Yoga (34 %) et Boxing (15 %, pour la version Punch-Out!!). Les jeux vidéo physiques les plus populaires au domicile d'amis sont Wii Sports (26 %) et Dance Dance Revolution (29 %). Moins de 1 % des joueurs de tels jeux disent s'y adonner à l'école.

Les chercheurs signalent que bien que les études précédentes démontrent que les jeunes garçons sont en général plus susceptibles de jouer à des jeux vidéo, ce sont les jeunes filles qui sont les plus susceptibles de jouer aux jeux vidéo physiques. « Les jeunes filles pourraient être mal à l'aise à l'idée de faire de l'exercice à l'école parce qu'elles ont l'impression qu'on les juge; ces jeux pourraient donc leur offrir une bonne solution de rechange, déclare Mme O'Loughlin, soulignant le fait que de tels jeux sont très populaires auprès des jeunes des deux sexes. D'autre part, l'attrait des jeux vidéo physiques pour les jeunes pourrait provenir du type d'interaction sociale qu'ils procurent. »

Le jeu vidéo physique pourrait s'avérer l'un des moyens de contrer l'importante épidémie d'obésité que l'on connaît; Mme O'Loughlin espère donc en voir augmenter la pratique. « Des facteurs comme les compétitions, les nouvelles consoles, les modes multijoueurs et les interactions avec d'autres joueurs via l'Internet pourraient augmenter la participation, indique-t-elle. De plus, il faudrait évaluer la faisabilité d'initiatives de jeu vidéo physique dans les centres communautaires ou les écoles. » Faisant remarquer que de précédentes études ont démontré que l'ennui et d'autres facteurs peuvent éventuellement réduire le niveau de participation à des jeux vidéo physiques, Mme O'Loughlin ajoute qu'il s'avère nécessaire de pousser la recherche pour mieux connaître les façons de promouvoir ce type d'activité physique et d'en augmenter la pratique.

Remarques

Cette étude a été financée par la Société canadienne du cancer (subvention no 15689) et l'Institut national de santé publique du Québec. La docteure Jennifer O'Loughlin est titulaire d'une Chaire de recherche en santé du Canada sur les déterminants précoces de maladies chroniques chez les adultes. Sa fille, Erin O'Loughlin, est l'auteure principale de l'étude. Erin O'Loughlin est chercheure au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal.

###

Personne-ressource auprès des médias

William Raillant-Clark
Attaché de presse à l'international
Université de Montréal
Tél. : 514 343-7593 | w.raillant-clark@umontreal.ca | @uMontreal_News



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.