Public Release:  En route pour le travail

Un professeur de Concordia etudie les choix des Montrealais en matiere de transport quotidien

Concordia University

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 18 février 2013 - Dans une grande ville comme Montréal, les services de transport en commun offrent divers moyens pour se rendre au travail ou à l'école et revenir à la maison. Lorsque vous préférez les bouchons de circulation aux retards du métro, ou que vous choisissez de payer une place de stationnement plutôt que d'acheter un laissez-passer mensuel, vous pesez les avantages, les inconvénients et les coûts des diverses options. Or, vos calculs sont plus compliqués qu'ils n'y paraissent à première vue.

Dans un article publié récemment dans The Journal of Transportation and Land Use, Zachary Patterson, professeur adjoint du Département de géographie, d'urbanisme et d'environnement de l'Université Concordia, expose les résultats de ses recherches sur le sujet. D'après ses travaux, les décisions concernant le lieu de résidence ainsi que le moyen de se rendre au travail et d'en revenir se prennent simultanément. Qui plus est, les choix en matière de transport quotidien dépendent non seulement des coûts et du temps de déplacement, mais également du profil personnel et de l'endroit où l'on vit.

À l'aide de collègues de l'Université McGill et de l'Université Laval, le Pr Patterson a mené une analyse approfondie pour déterminer quels Montréalais étaient les plus enclins à utiliser le transport en commun et lesquels étaient les plus enclins à utiliser une voiture. Des études antérieures avaient révélé que les résidants de quartiers où la densité de la population est forte et où les vocations résidentielle et commerciale coexistent préfèrent le transport en commun.

Aussi, il ressort clairement que lorsque les coûts de stationnement augmentent, moins de gens optent pour la voiture. Toutefois, l'étude menée par M. Patterson est la première à analyser comment ces facteurs interagissent avec le choix du lieu de résidence - le fait que les personnes choisissent un quartier selon qu'elles préfèrent l'une ou l'autre option de transport.

D'après Zachary Patterson et ses coauteurs, « le choix du lieu où un ménage s'installe et le choix du mode de transport sont intimement liés », hypothèse que les résultats de l'étude corroborent. En effet, une personne vivant près du centre-ville -- dans un secteur de la ville où la densité de population est élevée, où coexistent le résidentiel et le commercial, et où l'accès au transport en commun est adéquat -- a de 13 à 14 % plus de chances d'utiliser le transport en commun qu'une personne du même sexe, du même âge et ayant le même revenu mais vivant plus loin.

La recherche du Pr Patterson montre que les Montréalais de moins de 35 ans sont plus susceptibles de s'installer là où le transport en commun est accessible. Par ailleurs, l'étude révèle que les femmes sont au moins deux fois plus enclines que les hommes à opter pour le transport en commun.

Les conclusions tirées de cette étude peuvent trouver des applications pratiques dès maintenant : lorsque les urbanistes en savent plus sur les personnes qui choisissent le transport en commun et pourquoi elles le font, ils peuvent prendre des décisions qui encourageront plus de gens à laisser leur voiture à la maison. Les résultats donnent à penser que le fait d'augmenter le coût du stationnement au centre-ville de Montréal pourrait constituer une option, mais la réduction du tarif du transport en commun ou du temps de déplacement pourrait avoir le même effet. Selon Zachary Patterson, de façon plus globale, « les stratégies qui ont pour effet de promouvoir la densification, d'augmenter la mixité résidentielle-commerciale et d'améliorer l'accessibilité au transport en commun auraient un effet positif sur le transport quotidien entre le lieu de résidence et le centre-ville. »

###

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.