Public Release:  Vieillir en santé, un enjeu primordial

Les IRSC octroient une subvention de 757 722 $ a des chercheurs de l'Universite Concordia pour une etude internationale sur le sujet

Concordia University

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 15 février 2013 - Carsten Wrosch, professeur au Département de psychologie de l'Université Concordia et membre du Centre de recherche en développement humain, a obtenu récemment une subvention des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) d'une valeur de 757 722 $. Le Pr Wrosch dirige une équipe de recherche interdisciplinaire composée d'experts de divers domaines (durée de vie, personnalité, santé, psychiatrie et kinésiologie) et provenant des quatre coins de l'Amérique du Nord.

Cette subvention permettra à l'équipe de poursuivre l'Étude Vieillir en santé à Montréal, qui jouit du soutien des IRSC depuis son lancement. Depuis 2004, ce projet suit 215 adultes de 65 ans et plus afin d'examiner leur réaction à des difficultés courantes liées au vieillissement, par exemple les troubles de santé, l'effritement du réseau social et les regrets au sujet des choix de vie. Grâce à ce financement, les chercheurs pourront recruter de nouveaux participants, continuer de suivre les anciens, et vérifier leurs hypothèses à propos des différences entre les personnes âgées de 60 à 80 ans et celles qui ont dépassé cette tranche d'âge.

Notre population vieillit, et parmi les aînés, le segment qui présente la croissance la plus rapide est celui des personnes de 80 ans et plus; jamais n'avons-nous vu autant de gens vivre jusqu'à ce stade de vieillesse avancée. Cette partie de notre communauté a des préoccupations et des besoins précis que l'on doit étudier plus en profondeur afin d'y répondre adéquatement.

L'équipe de recherche du Pr Wrosch a identifié divers problèmes courants chez les personnes âgées, comme les troubles de santé chroniques, la diminution de la forme physique, la solitude et le manque de soutien social. Ces difficultés sont susceptibles de causer une détresse psychologique qui, en l'absence de stratégies d'adaptation appropriées, peut devenir permanente et perturber certains comportements sains. L'abandon de ces comportements, par exemple l'activité physique, de bonnes habitudes de sommeil et la régulation du cortisol (hormone du stress), peut alors augmenter le risque d'inflammation chronique, cause profonde de nombreuses maladies. Comme l'explique Carsten Wrosch, la détresse psychologique chez les aînés peut accroître le risque de sombrer dans une spirale descendante et un déclin progressif de la santé physique.

Dans le cadre de son nouveau projet, l'équipe du Pr Wrosch étudiera une solution possible à ce problème. Selon les chercheurs, les comportements d'autorégulation, comme l'établissement d'objectifs, la persistance sélective et la modification des objectifs, constituent des moyens très puissants d'enrayer ce cycle dangereux et, ainsi, d'améliorer la vie des personnes âgées.

Apprendre à se fixer des objectifs et à distinguer ceux qui sont réalisables de ceux qu'il vaut mieux abandonner pourrait nous fournir un mécanisme d'adaptation extrêmement efficace. Ces aspects semblent particulièrement importants pour les adultes de plus de 80 ans, qui ont plus de chances de se heurter à des obstacles insurmontables. Pour ce groupe, la pratique du renoncement aux objectifs et de l'établissement de nouveaux buts plus réalistes peut constituer un déterminant clé de la santé.

Cette recherche permettra ainsi d'approfondir les connaissances sur les liens entre le corps et l'esprit en montrant les effets mesurables que peuvent avoir les changements de l'état mental et affectif des participants sur leur santé physique. Elle jettera également une lumière nouvelle sur les voies psychologiques et biologiques à prendre pour favoriser un vieillissement épanoui et en santé. Si l'étude produit les résultats escomptés, les données recueillies pourraient faciliter l'élaboration de programmes visant à enseigner aux aînés des stratégies efficaces d'adaptation et d'établissement d'objectifs afin de les aider à composer avec des problèmes courants. Non seulement ce type d'initiative aiderait-il les personnes âgées à mener une vie plus saine, mais il entraînerait également une diminution considérable des coûts pour les services de santé publique.

###

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.