[ Back to EurekAlert! ]

Public release date: 10-Mar-2013

[ | E-mail ] Share Share

Contact: William Raillant-Clark
w.raillant-clark@umontreal.ca
514-343-7593
University of Montreal
@uMontreal_news

Un nouveau médicament réduit les dommages au cœur

Etude sur le traitement de l'infarctus dirigee a l'Institut de Cardiologie de Montreal

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 10 mars 2013 – Une seule dose d'un médicament anti-inflammatoire expérimental réduit considérablement le dommage causé au muscle cardiaque pendant une angioplastie (déblocage d'artère), selon une récente étude clinique internationale dirigée par Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l'Institut de Cardiologie de Montréal (ICM), affilié à l'Université de Montréal. Présentés aujourd'hui lors d'un important congrès américain de cardiologie à San Francisco, ces résultats s'avèrent très prometteurs.

« Ce médicament, l'inclacumab, pourrait bien devenir partie intégrante de l'arsenal thérapeutique de la cardiologie moderne si nous confirmons nos résultats dans les prochaines études. Nous pourrions l'utiliser de façon plus généralisée, c'est-à-dire chez tous les patients qui se présentent avec une crise cardiaque mais ceci nécessitera des études supplémentaires », a affirmé le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l'Institut de Cardiologie de Montréal, professeur de médecine à l'Université de Montréal et chercheur principal de l'étude.

Réduire les risques de complications après l'angioplastie pour le traitement de l'infarctus

Chaque année, environ 35 000 angioplasties des artères du cœur sont réalisées au Canada et plus d'un million aux États-Unis en raison de l'athérosclérose. Cette affection se caractérise par les artères qui sont obstruées par des dépôts de gras (cholestérol) de calcium et de déchets cellulaires. Avec le temps, les artères perdent leur élasticité et rétrécissent; la circulation du sang se trouve alors ralentie ou bloquée. En raison des complications qui peuvent en découler (angine, crise cardiaque, AVC, etc.), les patients peuvent ultimement nécessiter une angioplastie, une intervention percutanée qui dilate l'artère à l'endroit du rétrécissement et qui rétablit la circulation sanguine. Toutefois, lors d'une angioplastie, les tissus cardiaques peuvent être endommagés, et une cascade d'inflammation peut mener à d'autres complications.

Une seule dose pourrait être bénéfique

Dans le cadre de cette étude clinique, le Dr Tardif et son équipe ont comparé les effets d'une dose unique de ce nouvel anti-inflammatoire à ceux d'un placebo. Inclacumab est un anticorps qui bloque la P-sélectine, une molécule qui favorise l'inflammation et qui constitue un élément important de l'affection vasculaire.

Or, le Dr Tardif et son équipe ont découvert que l'administration d'une seule dose d'inclacumab réduit de 24 % le taux de troponine I, un marqueur utilisé en clinique pour diagnostiquer les crises cardiaques, après l'angioplastie. « Il est fort excitant de constater qu'une seule administration d'inclacumab peut procurer des avantages », souligne le Dr Tardif. L'étude a été réalisée sur 530 patients, âgés en moyenne de 61 ans et ayant souffert d'un infarctus du myocarde. De ceux-ci, 78,9 % étaient des hommes. Les patients ont été randomisés afin de recevoir une perfusion d'inclacumab de 20 mg/kg ou de 5 mg/kg, ou un placebo, 1 à 24 heures avant l'angioplastie. Des marqueurs de dommage cardiaque ont ensuite été mesurés 8, 16 et 24 heures après l'angioplastie.

C'est le dimanche 10 mars que le Dr Tardif présentera les résultats de cette étude intitulée SELECT-ACS, supportée par Roche, ou « Effects of the P-Selectin Antagonist Inclacumab in the Select-Acute Coronary Syndromes Trial », lors de la 62e séance scientifique annuelle de l'American College of Cardiology. L'ACC.13 est la plus importante réunion médicale axée sur les soins cardiovasculaires et regroupe cardiologues et autres spécialistes du domaine afin de faire progresser la médecine cardiovasculaire.

###


[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.