Could not connect to DB: 1040: Too many connectionsCould not execute 'UPDATE pressrelease SET r_hits = r_hits+ 1, r_total_hits = r_total_hits+ 1, r_pub_hits = r_pub_hits+ 1, r_total_pub_hits = r_total_pub_hits+ 1 WHERE r_id = 4330' on database eurekalert:
2002: Can't connect to local MySQL server through socket '/tmp/mysql.sock' (2) [ Back to EurekAlert! ] Public release date: 11-Mar-2013
[ | E-mail Share Share ]

Contact: William Raillant-Clark
w.raillant-clark@umontreal.ca
514-343-7593
University of Montreal

Un nouveau programme disponible pour diminuer le stress chez les adolescents

Une étude valide l'efficacité d'un nouvel outil d'éducation

Ce communiqué est disponible en anglais.

MONTRÉAL, le lundi 11 mars 2013 – Les familles dont un enfant termine le primaire cette année préparent actuellement leur inscription à l'école secondaire. Cette transition est souvent synonyme de stress chez les enfants. Un nouveau programme a démontré qu'il est possible de réduire considérablement le stress chez une partie de ces enfants lors de leur transition vers le secondaire, grâce à un nouvel outil d'éducation conçu sous la direction de Sonia Lupien, directrice du Centre d'études sur le stress humain (CESH) et professeure à l'Université de Montréal.

Une étude parue en février dans Neuroscience confirme les bienfaits du programme Déstresse et progresse auprès des jeunes qui effectuent leur première année au secondaire. «À l'an 2000, notre équipe avait démontré que lors de la transition de l'école élémentaire à l'école secondaire, beaucoup de jeunes produisent des concentrations élevées d'hormones de stress. Suite à cette découverte, nous avons voulu vérifier si un programme scolaire développé selon nos connaissances actuelles sur le stress diminuerait le niveau d'hormones de stress ou les symptômes dépressifs chez les adolescents et les aiderait à faciliter cette transition» explique Sonia Lupien, auteure principale de l'étude.

Le programme Déstresse et progresse a été présenté à 504 élèves âgés de 11 à 13 ans, issus de deux écoles privées de la région de Montréal. Les adolescents d'une école ont été exposés au programme alors que ceux de la deuxième école servaient de témoins. Avant de débuter le projet, le niveau de cortisol (l'hormone du stress) présent dans la salive ainsi que les symptômes dépressifs ont été mesurés afin de déterminer si les adolescents qui débutaient le secondaire avec des symptômes dépressifs spécifiques réagissaient différemment au programme. Les marqueurs ont également été mesurés pendant et après le programme, puis trois mois après leur participation au projet, afin de valider si l'amélioration était maintenue.

L'étude a démontré que les adolescents qui débutaient le secondaire avec des niveaux de colère élevés présentent une baisse significative des niveaux d'hormones de stress. Grâce au programme, ces adolescents seraient 2,45 fois moins à risque de souffrir de dépression par rapport aux autres adolescents. «Cette étude fournit la première preuve qu'un programme scolaire sur le stress est efficace pour réduire les niveaux d'hormones de stress et les symptômes de dépression chez les adolescents qui font la transition vers le secondaire» affirme Pierrich Plusquellec co-auteur de l'étude. Ce programme a également permis de déterminer qu'un certain profil d'adolescent répondait davantage à cet outil d'éducation.

Plus d'une centaine d'intervenants de toutes les régions du Québec ont déjà été formés au programme Déstresse et Progresse. Par ailleurs, ce programme a été adapté pour la clientèle du Centre Jeunesse de Montréal – Institut Universitaire. Cette adaptation s'est récemment mérité un prix prestigieux de la Ligue pour le bien-être de l'enfant du Canada.

###

L'étude est parue dans la revue Neuroscience sous le titre The DeStress for Success Program: Effects of a stress education program on cortisol levels and depressive symptomatology in adolescents making the transition to high school: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306452213001012

Sonia Lupien est directrice scientifique à l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal et professeure titulaire au Département de psychiatrie de l'Université de Montréal. Elle est fondatrice et directrice du CESH, et titulaire de la Chaire de recherche des IRSC sur la santé mentale des hommes et des femmes.

Pierrich Plusquellec est co-directeur du CESH affilié au Centre de recherche Fernand Seguin de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal. Il est également professeur adjoint à l'École de psychoéducation de l'Université de Montréal, et chercheur boursier FRQ-S en partenariat avec la Fondation des maladies mentales.



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.