[ Back to EurekAlert! ]

Public release date: 24-Sep-2013

[ | E-mail ] Share Share

Contact: Clea Desjardins
clea.desjardins@concordia.ca
514-848-2424 x5068
Concordia University
@Concordia

(Re)placer la religion à l'ère de la technologie

Le croisement entre la religion et la technologie, sujet du nouvel ouvrage publié par un professeur de l'Université Concordia

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 24 septembre 2013 — @DalaiLama compte plus de sept millions d'adeptes sur Twitter. Une appli sur téléphone intelligent rappelle aux fidèles musulmans l'heure de la prière grâce à une sonnerie personnalisée et indique la direction de La Mecque grâce à une boussole. La première photo « selfie » prise par le pape lui-même est devenue virale en quelques minutes. À l'aube de l'ère numérique, religion et technologie forment plus que jamais une union solide. Or, cette union dure depuis la nuit des temps : des pierres hiéroglyphiques aux presses à imprimer, la technologie a toujours marqué profondément la pratique religieuse.

Pour Jeremy Stolow, professeur de communication à l'Université Concordia la jonction entre la religion et la technologie peut montrer la nature humaine sous un jour nouveau. M. Stolow analyse cette intersection dans Deus in Machina: Religion, Technology, and the Things in Between (Fordham UP, 2013), un nouvel ouvrage qui nous transporte dans un monde interdisciplinaire et témoigne des différents contextes où se mêlent religion et technologie.

En replaçant Dieu dans la machine, le Pr Stolow et les autres auteurs du recueil reviennent sur l'idée même de la séparation entre la religion et la technologie dans l'action et le vécu. Le Pr Stolow espère que cet ouvrage aidera les lecteurs à se défaire de la notion qu'il existe une division claire entre religion et technologie.

« La religion est depuis longtemps considérée comme le domaine de la foi, de la croyance, du symbolisme et des valeurs sacrées, quelque peu détachée du monde "réel" des actions technologiques, explique le chercheur. Or, tout au long de l'histoire, les acteurs religieux ont compté sur toutes sortes de technologies sans lesquelles il est impossible de transmettre les connaissances et les expériences religieuses. »

Certes, la technologie a une incidence sur la religion et vice versa. À mesure que son emprise s'accentue, la technologie se teinte de dimensions religieuses. Selon le Pr Stolow, il n'y a qu'à voir les superbes écrans Retina qui donnent des images plus vraies que nature, les systèmes de surveillance qui suivent chacun de nos gestes, les mégaprojets industriels qui menacent notre planète. Comme les technologies deviennent de plus en plus puissantes et complexes, elles en appellent davantage aux éternels thèmes religieux de miracles, de salut et de destinée.

Deus in Machina rassemble les écrits de chercheurs réputés du monde entier pour réévaluer les notions philosophiques, cosmologiques et éthiques qui prétendent que la technologie est l'opposée de la religion. Les articles aux sujets variés vont de l'invention des horloges mécaniques dans l'Europe médiévale chrétienne, aux vertus curatives de la prière dans le Japon bouddhiste prémoderne, en passant par la polémique islamique entourant les greffes d'organes dans l'Égypte contemporaine. Ils portent à réfléchir sur ce qu'il est possible de créer une fois résolue la scission entre religion et technologie.

JOIGNEZ-VOUS À NOUS :

Prenez part à la discussion sur ce qui ressort quand religion et technologie se rejoignent. Venez à l'Université Concordia pour assister à une table ronde particulière. Vous y entendrez des exposés de Jeremy Stolow et de Krista G. Lynes, professeurs de communication à Concordia, ainsi que de Darin Barney, du Département d'histoire de l'art et d'études en communications de l'Université McGill.

Date et heure : vendredi 27 septembre 2013
de 14 h 30 à 16 h 30 (une réception suivra)

Lieu : Salle CJ-1.114
Pavillon de communication et de journalisme
Campus Loyola, 7141, rue Sherbrooke Ouest, Montréal

###



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.