[ Back to EurekAlert! ]

Public release date: 29-Oct-2013

[ | E-mail ] Share Share

Contact: Clea Desjardins
clea.desjardins@concordia.ca
51-484-824-245-068
Concordia University
@Concordia

Le côté obscur de la musique black métal

Un chercheur de Concordia examine la question de la xénophobie dans le contexte d'une musique spécialisée

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 29 octobre 2013 – Dans quelques jours, ce sera l'Halloween; il ne faudra donc pas s'étonner de voir quelques cadavres déambuler dans les rues. Toutefois, pour certains adeptes de la scène musicale black métal1, ce style d'habillement constitue un uniforme quotidien. Derrière un lourd maquillage se trouvent des personnes de tous âges et de tous horizons. Cependant, certains fidèles du black métal, peu nombreux, mais résolus à se faire entendre, sont animés de croyances xénophobes qu'ils propagent dans le cadre de leurs interactions sur le Web.

1. black métal [blakmetal] n. m. — Type de musique heavy métal qui se caractérise par un tempo rapide, des guitares fortement distordues, des voix criardes et une préoccupation lyrique pour le mal et la souffrance, le tout souvent accompagné de références à l'occulte et au satanisme. (Visionnez la vidéo de Taake pour la chanson Nordbundet.)

Afin de faire la lumière sur le côté obscur de la musique black métal, Vivek Venkatesh, professeur en sciences de l'éducation à l'Université Concordia, consacre un chapitre entier au sujet dans un prochain ouvrage avec comité de lecture intitulé Educational, Psychological, and Behavioral Considerations in Niche Online Communities (IGI Global).Ses travaux sur la prolifération des propos xénophobes véhiculés par certains tenants de la scène black métal dans les blogues et les forums en ligne peuvent servir de mise en garde à l'ensemble de la société quant à la façon dont un clavardage raciste, autrement confiné, peut amener un public plus large à cultiver des idées racistes.

Lui-même membre de la scène black métal, le Pr Venkatesh, est particulièrement bien placé pour investiguer ce genre musical, qui tient autant de l'expérience individuelle que des voix hurlantes et des roulements effrénés de tambour. La scène black métal se rebiffe contre la tendance commune adoptée par de nombreux autres réseaux d'admirateurs du monde de la musique, explique-t-il. « Le black métal fait la promotion de l'individuel, et non du collectif. Cette attitude est amplifiée par les interactions sur le Web, où la personnalité et la voix de chacun des membres de la scène se manifestent. »

Ces discours sont souvent axés sur les thèmes propres au black métal : l'hostilité, le suicide, la violence et la solitude – ainsi que sur les idéologies satanique et antireligieuse. Quand ces thèmes sont jumelés à l'imagerie des rudes hivers scandinaves, généralement évoquée dans les textes black métal (un genre musical dont la deuxième vague a pris naissance en Norvège et en Suède), il en émerge une vision sombre de la vie.

Pour le Pr Venkatesh – et beaucoup de fidèles de cette scène musicale –, les thèmes du black métal invitent à la réflexion et à l'introspection. Mais pour un sous-groupe d'admirateurs xénophobes, ces idées constituent une excuse pour propager la négativité. Cela est particulièrement vrai lorsque la proposition scandinave est poussée plus loin que l'évocation d'un paysage hivernal et qu'elle est associée aux conditions sociopolitiques existantes, telles que le multiculturalisme et les politiques en matière d'immigration. Par exemple, les racines du black métal véhiculent une mythologie qui, en raison de son appel à l'autodétermination en tant que société d'ascendance païenne, peut plaire aux tenants de la suprématie blanche.

« Ce point de vue ne représente nullement celui de tous les adeptes de la scène black métal, affirme sans hésiter le chercheur. Toutefois, un important sous-groupe a trouvé dans les forums en ligne une voix plus forte par laquelle ses membres peuvent interagir avec des personnes aux opinions similaires et influencer autrui. Ajouté au solipsisme qui sous-tend la scène black métal, ce sentiment xénophobe devient un sujet dont on peut débattre librement et envers lequel on peut souvent exprimer son appui. »

Par son travail, le Pr Venkatesh souhaite rappeler aux membres de la scène black métal que, « même si l'individuel reste au centre de l'idéologie black métal et que le sentiment anarchique en est un trait déterminant, les adeptes du genre ont la responsabilité de s'élever contre les actes racistes et de dénoncer ceux qui se servent du black métal comme excuse pour propager un discours haineux ».

À propos de la recherche : Le chapitre a été rédigé conjointement avec le professeur Jeffrey Podoshen du Collège Franklin and Marshall, aux États-Unis, David Perri, diplômé de Concordia et journaliste spécialisé dans la musique métal, et Kathryn Urbaniak, titulaire d'une maîtrise en technologie éducative de Concordia. Il doit paraître dans l'ouvrage intituléEducational, Psychological, and Behavioral Considerations in Niche Online Communities, dont la rédaction a été dirigée par Vivek Venkatesh, en collaboration avec Juan Carlos Castro et Jason Lewis, tous deux professeurs à Concordia, et Jason Wallin, de l'Université de l'Alberta.

###

Source

Cléa Desjardins
Senior Advisor
Media Relations
514-848-2424 ext. 5068
clea.desjardins@concordia.ca
concordia.ca/mediarelations
@CleaDesjardins



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.