[ Back to EurekAlert! ]

Public release date: 24-Oct-2013

[ | E-mail ] Share Share

Contact: Jenny Ryan
jenny.ryan@nrcresearchpress.com
Canadian Science Publishing (NRC Research Press)

Le coyote plus susceptible de se nourrir d'orignal que nous le pensions : une étude

Ce communiqué est disponible en anglais.

On a longtemps cru que les coyotes étaient incapables de tuer un orignal adulte, mais des chercheurs viennent de constater que les coyotes de l'est et les hybrides loup-coyote (canidés) chassent l'orignal adulte dans le centre de l'Ontario. Leurs résultats paraissent aujourd'hui dans la Revue canadienne de zoologie.

Les chercheurs John Benson, ancien doctorant au Programme d'études supérieures en sciences de l'environnement et de la vie de l'Université Trent, et Brent Patterson, du ministère des Richesses naturelles de l'Ontario à Peterborough, ont recensé des cas où des meutes de coyotes de l'est et d'hybrides loup-coyote (canidés) ont tué des orignaux.

Leur étude consistait à capturer des coyotes et des hybrides loup-coyote de l'est pour leur installer un collier émetteur GPS (système mondial de localisation) et prélever des échantillons de sang pour analyser l'ADN. Les colliers émetteurs GPS ont permis de localiser de façon très précise (par satellite ou station cellulaire) les animaux à l'étude de sorte que les chercheurs ont pu visiter ces endroits pendant l'hiver pour étudier leurs activités et documenter leurs comportements de prédation. Les analyses d'ADN ont permis de savoir si ces animaux étaient des coyotes, des loups ou des hybrides loup-coyote.

Dans cette étude, quatre meutes de canidés comptant de deux à cinq bêtes ont tué des orignaux. Les chercheurs ont obtenu l'âge précis de deux des orignaux tués par ces coyotes ou ces hybrides : l'un des deux était très vieux (20 ans) et l'autre était jeune (20 mois). On croit que les jeunes orignaux et ceux qui sont très vieux sont probablement plus vulnérables en raison de l'inexpérience des premiers et de la détérioration de l'état physique des seconds.

« Les coyotes et les hybrides loup-coyote ne s'attaquent aux orignaux que si l'occasion se présente et que les circonstances sont favorables. À titre d'exemple, lorsque la neige est abondante et qu'une croûte durcie se forme à la surface, il est plus difficile pour l'orignal de se déplacer, mais cette situation favorise les coyotes et les hybrides, car étant plus légers, ils peuvent se déplacer sur cette croûte de neige », a expliqué M. Benson.

« De plus, nous avons remarqué que certains des orignaux tués par les coyotes et les hybrides se trouvaient sur des pentes raides, ce qui peut les avoir ralentis et fait perdre l'équilibre. Nous avons également constaté que certains des orignaux ont été abattus dans des régions modérément denses d'arbres de taille moyenne, ce qui peut les avoir empêchés de se retourner rapidement pour éviter l'attaque des prédateurs venant de l'arrière ou des côtés. »

« Il semble relativement rare que des coyotes de l'est et des hybrides loup-coyote tuent des orignaux adultes, et cela ne représente vraisemblablement pas une menace pour les populations d'orignaux du centre de l'Ontario. Toutefois, sous l'angle d'une meute de coyotes ou d'hybrides, ne tuer qu'un seul orignal pendant l'hiver est très avantageux et l'aide considérablement à répondre aux besoins énergétiques de chaque individu de la bande. Par exemple, une meute de deux coyotes de l'est a passé une partie ou la totalité des 18 jours à se nourrir de l'orignal qu'elle avait tué.»

Les auteurs ne croient pas que cette prédation ait des conséquences négatives sur la viabilité des populations d'orignaux du centre de l'Ontario, car de récentes études montrent que les populations de l'unité de gestion de la faune 49 (UGF 49) et près du parc provincial Algonquin augmentent et que le taux de survie des orignaux adultes et de leurs petits est relativement élevé.

Ces travaux de recherche constituent une collaboration entre le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario et l'Université Trent et ont été menés dans l'UGF 49 du centre de l'Ontario, soit dans le secteur situé entre Huntsville et Parry Sound.

###

Cet article intitulé « Moose predation by eastern coyotes and coyote × wolf hybrids » de John F. Benson et Brent R. Patterson paraît aujourd'hui dans la Revue canadienne de zoologie.



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.