[ Back to EurekAlert! ]

Public release date: 24-Oct-2013

[ | E-mail ] Share Share

Contact: Oliver Yun
oyun@dndi.org
646-266-5216
Drugs for Neglected Diseases Initiative
@DNDi

Le faible développement de nouveaux médicaments pour les maladies négligées reste un enjeu de santé publique majeure

Ce communiqué est disponible en anglais et allemand.

Malgré quelques progrès, une nouvelle étude note que, seuls 4% des nouveaux médicaments et vaccins autorisés entre 2000 et 2011 concernaient les maladies négligées, indiquant la panne persistante de la R&D pour de nombreux patients négligés

Une étude publiée aujourd'hui dans la revue en libre accès the Lancet Global Health, par DNDi (Drugs for Neglected Diseases initiative) en association avec d'autres chercheurs, note un déficit persistant de nouveaux traitements pour les maladies négligées malgré des progrès et une intensification des efforts de recherche et développement (R&D). Cette 'panne persistante' dans la recherche médicale souligne le besoin urgent de développer et de délivrer des nouveaux traitements modernes pour les patients parmi les plus pauvres et les plus négligés dans le monde.

Les chercheurs de DNDi, Médecins Sans Frontières (MSF), le Programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies tropicales (OMS-TDR), et trois universités (CHU de Grenoble, France ; Université Joseph Fourier, Grenoble, France ; et Université d'Oxford, Royaume-Uni) ont constaté que parmi les 850 nouveaux médicaments et vaccins autorisés pour toutes les maladies entre 2000 et 2011, seuls 4% (37) concernaient les maladies négligées, définies de manière générale comme étant les maladies sévissant principalement dans les pays en développement : paludisme, tuberculose, 17 maladies tropicales négligées (MTN) selon la définition de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 11 maladies diarrhéiques, et 19 autres maladies liées à la pauvreté, à l'exclusion du VIH/SIDA. Une évaluation récente du nombre d'années de vie corrigées du facteur invalidité (AVCI) en 2010 indique que ces maladies représentent 11% de la charge mondiale de morbidité.

La plupart des nouveaux traitements développés étaient dérivés de médicaments existants. Parmi les 336 médicaments réellement nouveaux (nouvelles entités chimiques, ou NEC) autorisés pour toutes les maladies en 2000-2011, seuls quatre, soit 1%, concernaient les maladies négligées : trois pour le paludisme et un pour les maladies diarrhéiques. Aucune des 17 MTN sur la liste de l'OMS n'était visée par ces médicaments.

'Bien que les activités de développement des médicaments et vaccins pour les maladies négligées montrent des signes d'amélioration, il faut poursuivre le plaidoyer international pour que ces maladies restent à l'ordre du jour, pour que les progrès accomplis se traduisent par l'avènement de nouveaux traitements réellement innovants qui sauvent des vies', déclare le Dr Bernard Pécoul, Directeur Exécutif de DNDi.

Points forts de l'étude :

'Bien que des progrès aient été accomplis au cours des 10 dernières années, des lacunes fortes persistent', déclare le Dr Nathalie Strub-Wourgaft, directrice médicale de DNDi. 'Nous devons avoir plus de candidats médicaments dans le pipeline de R&D, qu'il s'agisse de NEC ou de médicaments dérivés de traitements existants, afin de modifier fondamentalement la manière de prendre en charge ces maladies.'

'Nos patients sont toujours en attente de réelles avancées médicales', souligne le Dr Jean-Hervé Bradol de MSF, co-auteur de l'étude. 'Ces maladies continuent de faire souffrir et de tuer, et les prestataires de santé doivent être capables d'offrir à tous les patients – qu'ils soient en mesure de payer ou pas – le meilleur traitement possible. Ce n'est qu'à ce moment-là que nous aurons accompli de réels progrès.'

###

Lisez l'étude

Pedrique B et al. The drug and vaccine landscape for neglected diseases (2000-11): a systematic assessment. Lancet Global Health, Early Online Publication, 24 Oct 2013. http://www.thelancet.com/journals/langlo/article/PIIS2214-109X(13)70078-0/fulltext doi:10.1016/S2214-109X(13)70078-0

Description de l'étude

Cette étude a été réalisée une dizaine d'années après l'importante conférence organisée par MSF à New York sur le manque de R&D sur les maladies négligées, pour jeter les bases nécessaires à la création de DNDi en 2003. Une étude effectuée en 2001 par MSF et Drugs for Neglected Diseases Working Group, le précurseur de DNDi, avait montré que seulement 1,1% des nouveaux médicaments autorisés entre 1975 et 1999 concernait les maladies négligées, dont les MTN, le paludisme et la tuberculose, alors que ces maladies représentaient 12% de la charge mondiale de morbidité.

Voir article original ici : http://www.dndi.org/images/stories/pdf_scientific_pub/2002/trouiller_p_lancet.pdf

Voir rapport original ici : http://www.dndi.org/images/stories/press_kit/rnd/pdfs/fatal_imbalance_2001.pdf

Contacts pour les médias :

(Amérique du Nord) Oliver Yun: e-mail: oyun@dndi.org Tél : +1-646-616-8681 / Portable : +1-646-266-5216

(Europe) Samantha Bolton: e-mail: samanthabolton@gmail.com Portable : +44 797 242 8633



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.