Public Release:  Une équipe de recherche réussit à gagner deux ans sur le diagnostic de la maladie d'Alzheimer

University of Montreal

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, 2 décembre 2013 - On s'en inquiète dès les premières pertes de mémoire : « Et si j'avais la maladie d'Alzheimer? » Pourtant, le diagnostic de cette maladie arrive tardivement dans son évolution, parfois jusqu'à dix ans après ses premiers effets dans le cerveau atteint. Diagnostiquer plus tôt pour intervenir plus rapidement : c'est ce que permet maintenant une étude de Sylvie Belleville, Ph.D., directrice de la recherche à l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, établissement affilié à l'Université de Montréal. L'équipe de Sylvie Belleville a réussi à prédire précisément (à 90 %) lesquels de ses sujets de recherche avec un trouble cognitif léger allaient recevoir un diagnostic clinique de la maladie d'Alzheimer dans les deux années suivantes et lesquels n'allaient pas évoluer vers cette maladie. Cette étude a été publiée dans le prestigieux Journal of Alzheimer's Disease, volume 38, numéro 2.

En combinant l'analyse d'imagerie cérébrale à l'évaluation neuropsychologique, Sylvie Belleville a obtenu une sensibilité (cibler les personnes qui seront atteintes) et une spécificité (éliminer les faux positifs, c'est-à-dire ceux qui vont demeurer stables) remarquables. Le niveau d'exactitude de cette classification constitue la percée importante dans cette étude. « Les deux méthodes, soit la neuro-imagerie et la neuropsychologie, sont efficaces jusqu'à un certain point lorsqu'elles sont utilisées seules. Toutefois, c'est l'association et l'analyse des résultats des deux méthodes qui nous permettent d'atteindre cette précision exceptionnelle », se réjouit la chercheuse Belleville.

Des bénéfices majeurs pour les personnes atteintes et pour la recherche

« Actuellement, on ne diagnostique pas la maladie de façon très précoce, car on ne dispose pas de protocoles fiables et on risque fort de se tromper quand on tente de donner un diagnostic trop tôt. Le fait d'identifier des marqueurs qui prédisent bien la survenue ultérieure des signes plus sévères, qui sont sensibles et spécifiques, réduit considérablement l'incertitude du diagnostic précoce. L'innovation ici est de montrer que deux approches différentes se conjuguent pour aider au diagnostic », expose Sylvie Belleville.

La recherche sur la maladie d'Alzheimer pourra construire sur cette avancée pour aller plus loin.

« Les bénéfices cliniques de gagner deux ans dans le diagnostic de la maladie sont énormes! Il serait tout à fait pertinent d'évaluer l'efficacité de diverses thérapies, pharmacologiques ou non, sur la progression vers le diagnostic clinique de la maladie d'Alzheimer des personnes identifiées avec ces outils. On pourrait évaluer si les traitements pharmacologiques et non-pharmacologiques sont plus efficaces lorsque donnés plus tôt. Les traitements pharmacologiques initiés dès l'apparition de symptômes précurseurs pourraient-ils ralentir l'évolution de la maladie? Est-ce que la plasticité cérébrale pourrait être stimulée de façon plus structurée pour retarder les symptômes invalidants? »

Résumé de la recherche

L'étude avait pour but d'examiner le bénéfice potentiel d'associer deux classes de mesures (neuro-imagerie et cognitive) dans la détection précoce de la démence chez les individus souffrant d'un trouble cognitif léger (TCL). Les mesures évaluées comprenaient des mesures de volume hippocampique et d'épaisseur corticale obtenue avec la résonance magnétique ainsi que différents tests de mémoire épisodique et de fonctions exécutives. L'étude examinait ensuite quelles mesures distinguaient le mieux les personnes qui progressaient ensuite vers une démence de celles qui demeuraient stables. Les éléments prédictifs les plus révélateurs en neuro-imagerie étaient les valeurs initiales de l'épaisseur corticale dans le cortex cingulaire droit et le gyrus frontal moyen. En ce qui concerne les prédicteurs cognitifs, on a trouvé que les déficits au niveau du rappel libre et des tâches de reconnaissance dans l'évaluation de la mémoire épisodique étaient les meilleurs indices d'une évolution ultérieure vers la démence. Lorsque l'amincissement dans le cortex cingulaire antérieur droit est combiné aux troubles de la mémoire, on atteint une exactitude de classement générale de 87,5 %, avec une spécificité de 90,9 %, et une sensibilité de 83,3%. Ce modèle prédictif incluant les deux classes de mesures permet un meilleur classement que ceux qui ne reposent que sur la neuro-imagerie ou que sur des mesures cognitives.

###

À propos de l'auteure

Dre Sylvie Belleville, Ph.D., est directrice de la recherche à l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal et professeure titulaire au Département de psychologie l'Université de Montréal.

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.