[ Back to EurekAlert! ]

PUBLIC RELEASE DATE:
1-May-2014

[ | E-mail ] Share Share

Contact: Clea Desjardins
clea.desjardins@concordia.ca
51-484-824-245-068
Concordia University
@ConcordiaUnews

Dans leur choix de partenaire, les femmes se concentrent sur le négatif

Est-ce un bon ou une bonne partenaire? Tout est dans la formulation, selon une nouvelle étude de l'Université Concordia

Ce communiqué est disponible en anglais.

Un hamburger fait de viande maigre à 90 pour cent paraît bien meilleur qu'un hamburger composé de 10 pour cent de matières grasses. En effet, même si les deux reviennent au même, les êtres humains sont programmés pour préférer l'option positive. C'est ce qu'on appelle l'effet de cadrage. Or, d'après une nouvelle recherche menée à l'Université Concordia, cet effet s'exerce également lors du choix d'un partenaire.

Corédigée par Gad Saad, professeur de marketing à Concordia, et Tripat Gill, de l'Université Sir Wilfrid Laurier, l'étude a été publiée dans la revue Evolution and Human Behavior. Les chercheurs y montrent que lorsqu'il est question de choisir un partenaire, l'effet de cadrage est encore plus fort chez les femmes que chez les hommes.

M. Saad a dirigé des recherches approfondies sur les racines évolutionnaires et biologiques des comportements de consommation. « Lorsqu'il s'agit de choisir leur partenaire, les femmes sont plus à l'écoute de l'information formulée négativement, avance-t-il. Cette particularité est attribuable à un phénomène évolutif nommé "théorie de l'investissement parental". Choisir un partenaire qui pourrait manquer d'affection en tant que père ou ne subviendrait pas assez aux besoins de la famille aurait de graves conséquences pour une femme et ses enfants. Nous avons donc émis l'hypothèse que les femmes sont naturellement plus sensibles aux informations énoncées négativement quand elles évaluent un partenaire potentiel. »

Pour en faire la preuve, Gad Saad et Tripat Gill ont réuni des centaines de jeunes participants et participantes, à qui ils ont fourni des descriptions de partenaires potentiels formulées positivement et négativement. Par exemple :

par opposition à

Les chercheurs ont utilisé six attributs de base :

En fonction de ces attributs, les participants ont évalué des partenaires potentiels tant de bonne qualité (p. ex., sept connaissances de cette personne sur dix la trouvent gentille) que de mauvaise qualité (p. ex., trois connaissances de cette personne sur dix la trouvent gentille), soit pour une aventure ou une relation à long terme.

Le plus souvent, les femmes se disaient beaucoup moins portées à fréquenter un partenaire potentiel dont la description avait été formulée négativement - même si dans chaque cas, la même information leur était présentée. Les femmes se sont également avérées plus sujettes aux effets de cadrage pour des attributs tels que l'ambition et le potentiel de gain, tandis que les hommes se laissaient davantage influencer par le cadrage lorsqu'il était question d'attrait physique.

Faites plus ample connaissance avec Gad Saad en regardant son exposé The evolutionary roots of human decision making (« évolution et prise de décisions chez les humains ») présenté dans le cadre du programme TEDx 2013.

###



[ Back to EurekAlert! ] [ | E-mail Share Share ]

 


AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert! system.