Skip to main content
EMBARGO SUR LA PUBLICATION: 14h00, heure de l'Est des tats-Unis, Le jeudi 11 novembre 2004

L'augmentation de la consommation de la faune sauvage est liée au déclin de la pêche en Afrique de l'Ouest selon une étude paraissant dans Science

L'tude qui a port sur une priode de trente ans suggre que les baisses d'approvisionnement en poisson au Ghana provoquent une augmentation rgionale de la chasse, du commerce et de la consommation de la faune sauvage dans ce pays. Le dclin des stocks de poissons laisse penser que les ressources de la mer sont prs de s'effondrer sous l'effet de leur surexploitation par les bteaux de pche, qu'ils soient de la rgion ou trangers, notamment ceux subventionns par l'Union Europenne. Les auteurs avancent qu'un effondrement de la pche se ferait largement sentir au niveau des conomies locales, de l'alimentation des populations de la rgion et des efforts mens terre pour protger la nature.

Ces rsultats sont publis dans la revue Science du 12 novembre 2004 dite par l'AAAS, la socit scientifique but non lucratif.

Les auteurs demandent aux pays de la rgion et l'Union Europenne d'amliorer leur pratique de la pche afin de protger la biodiversit mais aussi d'assurer une plus grande scurit alimentaire et une rduction de la pauvret. Ils soulignent galement le besoin d'une autre source en protine que la faune sauvage qui soit la fois bon march et saine du point de vue cologique. Ils recommandent galement de meilleures mesures de protection des populations restantes d'animaux sauvages.

Les chercheurs ont tudi les chiffres des produits de la pche, des ressources en poissons, de la pression de la chasse sur la faune sauvage et de l'abondance de cette dernire. Ils ont trouv que les annes pauvres en approvisionnement en poissons concidaient avec celles d'une chasse accrue dans les rserves naturelles et d'une forte diminution dans les quantits d'animaux sauvages.

Notre tude apporte des preuves trs solides de la faon dont l'approvisionnement alimentaire des hommes peut tre directement en rapport avec la protection de la faune sauvage prcise Justin Brashares, l'un des auteurs l'Universit de Californie-Berkeley Berkeley en Californie et l'Universit de Cambridge au Royaume-Uni.

Justin Brashares espre que ce travail aidera faire prendre conscience que tout effort de protection de la nature ne peut tre accompli isolment. Protger une espce ou un systme donn demandera par exemple d'valuer comment interagissent les hommes et leurs ressources au travers des cosystmes.

Sous les tropiques, les animaux chasss pour la consommation humaine sont souvent regroups sous le terme de viande de brousse . Les primates, les gros chats, les lphants, antilopes, porcs-pics, escargots gants, minuscules oiseaux et beaucoup d'autres animaux que les chasseurs tuent et vendent ou consomment eux-mmes sont ainsi considrs comme de la viande de brousse.

Dans le monde en voie de dveloppement, cette activit lourde de plusieurs milliards de dollars contribue de faon cruciale aux conomies locales. Elle reprsente aussi l'une des menaces les plus immdiates pour la vie sauvage sous les tropiques.

La nouvelle tude paraissant dans Science fait le lien entre recrudescences du commerce de la viande de brousse et baisses des ressources de la pche, ce qui suggre que la surexploitation des eaux dans la rgion compliquera encore plus les efforts faits terre pour protger la biodiversit. La relation entre une pche excessive et une pression accrue sur la faune sauvage terrestre ne se limite probablement pas au Ghana ou l'Afrique de l'Ouest. Les nations industrialises doivent, de l'avis de Brashares, reconnatre les consquences que fait subir leur pche subventionne aux cosystmes terrestres des pays en voie de dveloppement.

Les auteurs ont calcul le montant total des prises en Afrique de la flotte de pche de l'Union Europenne en se basant sur les donnes fournies par les entreprises de pche la FAO (Food and Agriculture Organization) des Nations Unies. Les baisses de quantit de poisson par habitant cites par les scientifiques sont dues en grande partie l'augmentation de la population humaine. Les prises de poisson ont progress durant la priode de l'tude en raison d'une forte augmentation des efforts de pche.

Il faut que les gens travaillent ensemble entre disciplines pour voir combien les pertes en ressources marines affectent celles terre et vice-versa indique Brashares.

Justin Brashares a commenc s'intresser au commerce de la viande de brousse quand il a vu l'impact qu'il avait sur les cosystmes d'Afrique de l'Ouest, son sujet d'tude au cours de sa thse.

Quand un ancien vice-prsident du Ghana a fait la remarque que les troubles politiques et sociaux se produisaient presque toujours les annes de mauvaise pche, Brashares s'est tourn vers d'autres phnomnes qui pouvaient tre en rapport avec ces annes-l.

Je me suis demand si je pouvais trouver un indice montrant le lien entre apport de la pche, commerce de la viande de brousse et dclin de la faune sauvage dit Brashares.

Si des scientifiques avait dj envisag cette possibilit, il n'y avait aucune donnes claires grande chelle d'un rapport entre approvisionnement en poisson et problmes terre de protection de la nature.

Brashares et ses collgues ont commenc rassembler les pices du puzzle en utilisant les relevs long-terme de la chasse et du dclin de la faune sauvage recueillis par les gardes des rserves naturelles au Ghana.

Les scientifiques rapportent que la biomasse de 41 espces de carnivores, d'herbivores et de primates dans six rserves naturelles du pays a chut de 76 pour cent de 1970 1998.

De 1976 1992, Brashares et ses collgues ont observ que le nombre de chasseurs de viande de brousse signals dans cinq rserves naturelles augmentait quand l'approvisionnement en poisson baissait dans la rgion. De plus, les ventes de viande de brousse dans douze marchs ruraux ont cr lorsque ce mme apport en poisson y a dclin. Pris ensemble, ces rsultats suggrent que les gens se tournent vers la viande de brousse les annes o le poisson vient manquer.

Les chercheurs rapportent aussi que l'apport de la pche et le dclin de la faune sauvage taient plus troitement lis dans les rserves proches de la cte, un rsultat qui renforce encore le lien entre approvisionnement en poisson et commerce de la viande de brousse. Comme prs de la moiti des 20 millions de ghanens vivent moins de 100 km des ctes, les pertes d'emplois et de revenus dus une moindre activit de la pche poussent les gens chasser la viande de brousse pour se nourrir et gagner de l'argent concluent les auteurs.

Les auteurs proposent la tche, difficile du point de vue cologique et politique, d'tablir une autre source d'approvisionnement en protine en Afrique de l'Ouest. Ils suggrent aussi d'accrotre la taille, le nombre et la protection des rserves naturelles au Ghana et dans d'autres pays d'Afrique de l'Ouest. Ces mesures n'offriront peut-tre pas une solution long terme aux problmes de la subsistance des personnes et leur apport en protines, mais elles offrent probablement le moyen le plus immdiat de ralentir le dclin catastrophique de la faune sauvage selon les auteurs.

Dans un article Review publi dans le mme numro de Science, William Adams de l'Universit de Cambridge au Royaume-Uni et ses collgues s'attardent plus prcisment sur les relations entre protection de la diversit et radication de la pauvret. Avec l'espoir de mieux faire comprendre le sujet, ils exposent quatre point de vue diffrents qu'ont les gens et les organismes sur ces relations.

Le plus grand dfi est de permettre la socit humaine de pouvoir profiter de son potentiel et partager les fruits de sa croissance conomique en maintenant une biosphre qui non seulement assure toutes ses fonctions cologiques mais garde aussi sa biodiversit rsument les auteurs dans leur article de revue.

###

Bushmeat Hunting, Wildlife Declines, and Fish Supply in West Africa , de J. S. Brashares et A. Balmford de l'Universit de Cambridge, Cambridge au Royaume-Uni ; J. S. Brashares est aussi l'Universit de Californie Berkeley en Californie ; P. Arcese et A. R.E. Sinclair sont l'Universit de Colombie Britannique Vancouver au Canada ; M. K. Sam est la Forestry Commission du Ghana, Wildlife Division Accra au Ghana ; P. B. Coppolillo est la Wildlife Conservation Society dans le Bronx New York.

Biodiversity Conservation and the Eradication of Poverty de W. M. Adams et B. Vira de l'Universit de Cambridge Cambridge au Royaume-Uni ; R. Aveling et B. Dickson sont au Fauna & Flora International Cambridge au Royaume-Uni ; D. Brockington est l'Universit d'Oxford, Royaume-Uni, D. Roe l'International Institute for Environment and Development Londres, Royaume-Uni et W. Wolmer l'Universit de Sussex au Royaume-Uni.

L'American Association for the Advancement of Science (AAAS) est la plus grande socit scientifique du monde et dite la revue Science (www.Sciencemag.org). L'AAAS, fonde en 1848, est au service de 10 millions de personnes au travers de 265 socits et acadmies des Sciences affilies. Science est la revue gnrale scientifique comit de lecture la plus vendue dans le monde, avec un lectorat total estim un million de personnes. L'AAAS (www.aaas.org), but non lucratif, est ouverte tous et remplit sa mission de faire avancer la Science et de servir la socit par le biais notamment d'initiatives dans les politiques scientifiques, de programmes internationaux et de l'ducation scientifique. Pour les dernires nouvelles de la recherche scientifique, visitez Eurekalert !, www.eurekalert.org, le premier site web d'actualits scientifiques qui est aussi un service fourni par l'AAAS.