Skip to main content
PUBLIC RELEASE DATE: 16 septembre 2004

L'étude d'un nouveau langage des signes suggère que les enfants créent les fondements du langage au travers de son apprentissage

Embargo sur la publication 14h00, heure de l'Est des États-Unis, Le jeudi 16 septembre 2004



Deaf children at school in Managua, Nicaragua, speaking a new language entirely their own.

Reporters registered for the Science press package: a high-resolution version of this image and others are available here

Dans une cole de Managua, au Nicaragua, des enfants sourds utilisent un langage propre qui s'est dvelopp une vitesse clair ces 25 dernires annes. Ce langage des signes prsente nanmoins de remarquables similitudes avec les autres langues parles dans le monde. Les chercheurs qui ont tudi ces similitudes proposent dans Science que c'est juste dans leur manire d'apprendre le langage que les enfants lui confrent ses traits les plus fondamentaux et universels.

Aussi varies qu'elles puissent paratre une oreille non exerce, les langues partagent toutes des caractristiques fondamentales qui ont fait l'objet d'un dbat pendant des dcennies. Certains avanaient qu'elles taient dj inscrites dans le cerveau humain tandis que d'autres pensaient qu'elles rsultaient d'une longue exprience dveloppe et amliore au fil des gnrations.

La nouvelle tude suggre que l'origine de ces similitudes se trouve dans la manire d'apprendre les langues. Ann Senghas du Barnard College de la Columbia University et ses collgues proposent que mme si les enfants ne naissent pas avec une " bauche " mentale pour le langage (comme Noam Chomsky l'a par exemple soutenu), leur cerveau utilise une approche spcifique pour l'apprentissage qui peut transformer en un temps tonnamment court un simple systme de communication en un vrai langage.

Les chercheurs ont compar comment des enfants et des adultes sourds racontaient une histoire avec le langage des signes nicaraguayen (LSN). Les deux groupes avaient appris ce langage diffrents stades de sa brve histoire. Alors que les plus anciens avaient recours des genres de pantomimes pour dcrire les actions, les jeunes gnrations rduisaient les gestes des mots de base, plus simples, en suivant les rgles fondamentales tous les langages.

Les rsultats de l'tude suggrent qu' mesure que les groupes successifs d'enfants apprenaient le LSN, ils transformaient d'eux-mmes ce qui taient plus des gestes auparavant en un vrai langage.

" Nous voyons l'volution en action, mais ce qui volue ici ce n'est pas un organisme mais un systme de langage " dit Ann Senghas.

" Fondamentalement, les langues " se reproduisent " quand elles sont transmises d'un esprit un autre, c'est--dire lorsqu'elles sont apprises par un nouvel enfant. Cela veut dire que le moment de l'apprentissage est potentiellement trs important, l'occasion de former et de restructurer les choses " prcise la chercheur.

Mais cela suffit-il pour crer un nouveau langage partir d'une matire brute comme des gestes ? C'est ce que montre l'tude au Nicaragua selon Ann Senghas et ses collgues.

L'tude parat le 17 septembre 2004 dans la revue Science publie par l'AAAS, la socit scientifique but non lucratif. Les co-auteurs avec Ann Senghas sont Sotaro Kita de l'Universit de Bristol Bristol en Angleterre et Asl ? zyrek de l'Universit de Nimgue et de l'Institut Max Planck de Psycholinguistique Nimgue aux Pays-Bas et de l'Universit Ko Istanbul en Turquie.

Avant les annes 1970, la plupart des gens sourds au Nicaragua restaient chez eux et avaient peu de contacts entre eux selon Ann Senghas. Le gouvernement a donn la possibilit d'une ducation spcialise pour les sourds en crant une cole lmentaire Managua en 1977 et une professionnelle en 1981.

Une cinquantaine d'enfants taient inscrits la premire anne et en 1981leur nombre tait pass 200. Personne ne leur a appris un langage des signes mais ds qu'ils ont t ensemble ils ont commenc dvelopper un systme de gestes pour communiquer entre eux, aussi bien l'cole qu' l'extrieur. Il y a aujourd'hui prs de 800 sourds gs de 4 45 ans s'exprimant avec le LSN.

Chaque vague d'enfants arrivant dans la communaut dveloppe un peu plus le LSN, le rendant plus complexe et plus souple tout en amliorant sa vitesse et sa fluidit.

" C'est une communaut originale, un peu le monde l'envers, en ce sens que ce sont les enfants qui ouvrent la voie. Ce sont eux les utilisateurs les plus habiles du langage et non les adultes " indique Ann Senghas.

Les chercheurs ont tudi un trait central toutes les langues dveloppes, le fait que l'information soit groupe en lments spars, discrets, qui peuvent tre assembls selon des rgles varies. Par exemple, les langues, quelles qu'elles soient, consistent en des mots qui se combinent pour former des phrases.

Les expressions pour le mouvement sont particulirement utiles pour tudier ce caractre discret dans les langages parls et de signes. Dans les langues dveloppes, nous dcomposons l'ide d'un mouvement continu avec diffrents mots. Par exemple, dans l'expression " rouler jusqu'au fond de la valle ", un mot (" rouler ") reprsente le type de mouvement tandis que d'autres (" jusqu'au fond ") prciseront la direction.

Au contraire, un geste typique pour dcrire " rouler jusqu'au fond de la valle " sera un seul mouvement complet de la main qui mimera un mouvement circulaire descendant.

Ann Senghas et ses collgues ont tudi des individus sourds de trois groupes d'ge utilisant le LSN ainsi que des personnes parlant espagnol. Ils leur ont montr une bande dessine d'un chat qui avale une balle en train de rouler puis qui dvale en titubant une route en pente. Puis ils ont demand aux participants de raconter l'histoire dans leur langage.

Les personnes sourdes du groupe le plus g s'exprimaient par des gestes ressemblant beaucoup ceux effectus par les personnes qui racontaient l'histoire en espagnol, combinant le type de mouvement et la direction en un seul dplacement de la main.

Mais les deux groupes plus jeunes de sourds sparaient type de mouvement et direction par des signes diffrents comme cela se passe dans le langage parl.

" Ce qu'ils font ainsi ressemble beaucoup une langue et pas des gestes, mme s'ils font des gestes dans leur langage. Et cela me dit qu'il y a quelque chose de fondamental dans cette tendance " souligne Ann Senghas.

Sans mme qu'on leur apprenne, pense Senghas, les enfants arrivent automatiquement trouver des rgles du langage telles que le caractre discret pour communiquer.

" Tout ce qui entoure les enfants leur dit que la manire d'agir et le chemin suivi vont de pair, ces deux lments sont confondus dans l'action puis dans les gestes des gens qui en parlent. Mais les enfants vont l'encontre de ce qu'ils voient et privilgient quelque chose qui demande plus d'efforts : ils sparent la manire d'agir du chemin suivi en des lments indpendants. Et il se trouve que c'est ce que nous voyons aussi dans chaque langue " dit Ann Senghas.

Les parents ne doivent pas ainsi trop se soucier d'apprendre parler leurs enfants ds un certain ge ou de les aider avec des outils spcifiques commes des vignettes ou des exercices de vocabulaire indique la chercheur. Tout ce dont ils ont besoin est d'une interaction sociale naturelle.

" Les enfants ont leurs antennes dployes ds le dpart ; ils cherchent autour d'eux les informations qui ressemblent au langage. Et ils sont prts traiter cette information d'une manire spcifique. Vous n'avez pas plus besoin d'apprendre un langage aux enfants que de leur apprendre marcher " rsume Ann Senghas.

###

Cette tude a t finance par l'Institut Max Planck de Psycholinguistique, l'Organisation nerlandaise pour la recherche scientifique, le National Institutes of Health et l'Acadmie des sciences turque.

Un article " Perspective " de Michael Siegal de l'Universit de Sheffield Sheffield au Royaume-Uni commente ces rsultats.

L'American Association for the Advancement of Science (AAAS) est la plus grande socit scientifique du monde et dite la revue Science (www.sciencemag.org). L'AAAS, fonde en 1848, est au service de 10 millions de personnes au travers de 265 socits et acadmies des sciences affilies. Science est la revue gnrale scientifique comit de lecture la plus vendue dans le monde, avec un lectorat total estim un million de personnes. L'AAAS (www.aaas.org), but non lucratif, est ouverte tous et remplit sa mission de " faire avancer la science et de servir la socit " par le biais notamment d'initiatives dans les politiques scientifiques, de programmes internationaux et de l'ducation scientifique. Pour les dernires nouvelles de la recherche scientifique, visitez Eurekalert!, www.eurekalert.org, le premier site web d'actualits scientifiques qui est aussi un service fourni par l'AAAS.