Skip to main content

PUBLIC RELEASE DATE: 27 le septembre 2005

Energie et information captées par une même antenne

Ce communiqu de presse est galement disponible en anglais.

Des antennes solaires dveloppes par l'Ecole polytechnique fdrale de Lausanne (EPFL) quipent un des satellites embarqus par la fuse russe Cosmos dont le lancement est prvu ce vendredi 30 septembre (un report est cependant possible) sur le cosmodrome de Plesetsk, en Russie. Il s'agit du premier test spatial pour ces structures indites. Un petit satellite ralis par des tudiants de plusieurs universits europennes, dont l'EPFL, est galement bord.

Plus lgres, plus petites, plus fiables. Les structures spatiales tendent en permanence vers ces objectifs. Dans cette optique, l'Agence spatiale europenne (ESA) a sollicit le Laboratoire d'lectromagntisme et d'acoustique (LEMA), l'EPFL, expert en matire d'antennes plates. Les scientifiques se sont alors attels runir en un seul objet antenne et panneaux solaires. D'une part, il s'est agi de faire cohabiter sur un mme support des directions d'mission/rception diffrentes. D'autre part, il a fallu lui intgrer sur un circuit imprim plusieurs couches de l'paisseur d'un cheveu. Aprs six ans de travaux, Asolant pour Advanced SOLar ANTenna a ainsi vu le jour dans le laboratoire dirig par le professeur Juan Mosig. La structure est mince et lgre. Elle est robuste et s'autoalimente en nergie. Elle fonctionne avec des cellules solaires adaptes aux conditions de l'espace, base d'arsniure de gallium. Elle peut communiquer avec la Terre, avec des rseaux de tlphonie mobile tels qu'Orbcomm et recevoir les signaux GPS.

La construction des antennes a t confie la socit zurichoise HTS. Aprs avoir reu leur homologation pour l'espace, celles-ci ont t fixes sur un satellite Rubin, que l'entreprise allemande OHB System AG a adapt sous la direction du Laboratoire d'lectromagntisme et d'acoustique. C'est sur ce satellite qu'elles vont effectuer leur premier test spatial.

Outre sur les satellites, Asolant pourra aussi tre utilis sur notre plante. On peut ainsi imaginer ces "tuiles solaires" peu onreuses quiper les toits des maisons, permettant de disposer la fois de l'nergie ncessaire au quotidien (lectricit, chauffage) et des programmes TV. Jast, la start-up du Laboratoire d'lectromagntisme et d'acoustique, va d'ailleurs tudier la commercialisation du produit. Enfin, les antennes solaires pourraient tre employes pour les tlphones mobiles, les transmetteurs autonomes dans des rgions d'accs difficiles ou encore pour les boues de reprage en mer.

Un satellite estudiantin Par ailleurs, la fuse Cosmos va aussi embarquer son bord le premier satellite ralis par des tudiants de plusieurs universits europennes. Ce projet de l'ESA, mais ralis dans le cadre de la Student Space Exploration and Technology Initiative (SSETI), a sduit un petit groupe de l'EPFL, qui a dvelopp la partie lectronique du systme de propulsion. "Il s'agira de contrler l'ouverture et la fermeture des valves", explique Renato Krpoun, assistant au Laboratoire des microsystmes pour les technologies spatiales. Aprs avoir subi divers tests durant les premiers mois de sa mise en orbite, le satellite servira de transpondeur l'usage des radioamateurs.

###