Public Release: 

De la musique au sport : l'autonomie favorise la passion chez les enfants

University of Montreal

Une étude met en lumière le rôle des parents dans les rapports que les enfants entretiennent avec leur activité favorite

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 3 février 2010 - Avis aux parents : les enfants et les jeunes adultes sont plus susceptibles de pratiquer assidument un sport, un instrument de musique ou tout autre passe-temps s'ils ont la possibilité de laisser libre cours à leur passion. Selon une étude en trois phases dirigée par Geneviève Mageau, professeure de psychologie à l'Université de Montréal, le contrôle parental a une influence directe sur la capacité de l'enfant à nourrir une passion harmonieuse ou obsessive à l'égard de son activité préférée.

Cette étude, dont les résultats ont été publiés dans le dernier numéro de Journal of Personality, est le fruit d'une collaboration avec des chercheurs de l'Université de Montréal, de l'Université du Québec à Montréal et de l'Université McGill. « Nous avons découvert que les adultes contrôlants pouvaient favoriser le développement d'une passion obsessive chez leurs enfants en leur apprenant que l'approbation sociale ne s'obtient que par l'excellence, explique Geneviève Mageau. Une activité peut devenir très importante pour des raisons d'autoprotection qui ne correspondent pas nécessairement aux véritables aspirations de l'enfant ».

Des enfants aux adultes

Dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont évalué 588 musiciens et athlètes, nageurs ou skieurs. Les participants étaient âgés de 6 à 38 ans et pratiquaient leur loisir à différents niveaux de performance (débutant, intermédiaire et expert). Les enfants ont été recrutés dans des écoles secondaires ou camps d'été spécialisés, les adultes dans des stages d'entraînement et des compétitions. L'équipe scientifique a utilisé une échelle de type Likert pour mesurer le rôle que jouaient les parents dans l'acquisition de l'autonomie de leur enfant et le bien-être des enfants vis-à-vis de leur activité de prédilection.

Même lorsque les parents soutiennent convenablement leur enfant et l'encouragent à poursuivre une activité, leurs encouragements peuvent vite devenir oppressants. « Les enfants et les adolescents à qui l'on donne les moyens d'être autonomes sont plus susceptibles de s'investir dans leur activité favorite au fil du temps, précise Geneviève Mageau. Être passionné ce n'est pas tant un trait de personnalité qu'une relation que l'on développe avec une activité en particulier. »

###

Partenaires de recherche :

Cette étude a été financée par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et le Fonds de recherche sur la société et la culture.

À propos de l'étude :

« On the Development of Harmonious and Obsessive Passion: The Role of Autonomy Support, Activity Specialization, and Identification With the Activity », publié dans Journal of Personality, est signé Geneviève A. Mageau de l'Université de Montréal avec la collaboration de Robert J. Vallerand, Julie Charest et Thérèse Bouffard de l'Université du Québec à Montréal; de Nathalie Lacaille et Richard Koestner de l'Université McGill et de Sarah-Jeanne Salvy qui est désormais rattachée à l'Université de New York à Buffalo.

Sur Internet :

Département de psychologie de l'Université de Montréal :
www.psy.umontreal.ca

Journal of Personality :
www.personality.org

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.