Public Release: 

Étude des centres du plaisir: comment les signaux de récompense sont transmis dans le cerveau

Canadian Association for Neuroscience

Ce communiqué est disponible en anglais.

Une nouvelle étude présentée aujourd'hui par le Dr Jonathan Britt, de l'Université McGill, permet de mieux comprendre comment les signaux de récompense tels que ceux produits par les drogues qui causent une dépendance sont transmis dans le cerveau et comment ils modifient les circuits du cerveau. Le Dr Britt a obtenu ces résultats en utilisant des techniques d'optogénétique, qui utilise des protéines sensibles à la lumière pour étudier l'activation des circuits neuronaux dans des endroits précis. Ces techniques ont permis au chercheur de disséquer précisément les rôles des différents circuits neuronaux dans le cerveau. Les études du Dr Britt ont mis en lumière des circuits qui sont responsables de comportements habituels et qui pourraient être des cibles appropriées pour des pharmacothérapies visant à traiter la toxicomanie. Ces résultats ont été présentés lors du 8ème congrès annuel de l'Association canadienne des neurosciences (Canadian Association for Neuroscience - Association canadienne des neurosciences - CAN- ACN) qui a lieu du 25 au 28 mai 2014.

L'un des effets les plus immédiats des drogues sur le cerveau est une augmentation des taux de dopamine, en particulier dans une région du cerveau appelée le noyau accumbens. Situé près du centre du cerveau, le noyau accumbens est relié, par des populations entremêlées de neurones, à de nombreuses autres structures cérébrales qui jouent un rôle dans la recherche du plaisir et dans la toxicomanie. Le noyau accumbens est reconnu comme un centre d'intégration pour les signaux en provenance de plusieurs régions différentes du cerveau, mais le rôle précis des différentes connexions, et les moyens de leur intégration, causant des comportements spécifiques, étaient jusqu'à tout récemment impossible à disséquer. L'avènement de l'optogénétique a permis d'étudier les différents signaux arrivant au noyau accumbens, provenant de différentes régions du cerveau, et leurs effets positifs ou négatifs sur la recherche de récompense, et leur rôle dans la réponse aux drogues chez les souris et les rats.

Le Dr Britt a caractérisé comment le noyau accumbens intègre les signaux de renforcement dépendants de la dopamine avec des stimuli de l'environnement, qui dépendent d'un second neurotransmetteur, nommé glutamate. Les signaux glutamate-dépendants qui arrivent au noyau accumbens proviennent de nombreuses autres régions du cerveau, telles que l'hippocampe, l'amygdale, le thalamus et le cortex préfrontal. Comprendre comment ces différentes régions du cerveau sont reliées entre elles permettra d'approfondir notre compréhension de la motivation, du désir, de la recherche du plaisir et de la toxicomanie. Cette recherche permettra également une meilleure compréhension de troubles comme le syndrome de Gilles de la Tourette et les troubles obsessionnels compulsifs.

«Le comportement orienté vers un but est régulé par une grande collection de régions cérébrales interconnectées. Il est important de comprendre comment ces composantes interagissent les unes avec les autres afin de concevoir des stratégies de traitement des maladies psychiatriques telles que la toxicomanie, le syndrome de Gilles de la Tourette et les troubles obsessionnels-compulsifs. » conclut le Dr Britt.

###

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.