Public Release: 

Chirurgie révolutionnaire en cancer du poumon

University of Montreal Hospital Research Centre (CRCHUM)

IMAGE?

IMAGE: Lobectomie par vidéothoracoscopie et scellement ultrasonique de l'artère pulmonaire view more

Credit: CHUM

Ce communiqué est disponible en anglais.

Montréal, le 11 juillet 2016 - Le Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) lance une vaste étude clinique internationale pour tester une approche chirurgicale minimalement invasive et plus sécuritaire pour les patients atteints d'un cancer du poumon : la lobectomie par vidéothoracoscopie et scellement ultrasonique de l'artère pulmonaire.

Monic Ste-Marie, 48 ans, est l'une des premières personnes à avoir bénéficié de cette intervention développée par le Dr Moishe Liberman, chirurgien thoracique et chercheur au CRCHUM. Le 19 janvier 2016, il a retiré avec succès la tumeur d'un centimètre logée dans son poumon gauche. L'opération consistait à pratiquer trois petites incisions dans le thorax, puis à enlever la partie du poumon malade en se guidant à l'aide d'une caméra vidéo et en utilisant un appareil haute technologie pour sceller l'artère pulmonaire par ultrasons et empêcher ainsi l'hémorragie lors de l'opération.

« Je pense que cette technique pourrait changer complètement la manière dont on pratique les chirurgies en cancer du poumon, le cancer le plus meurtrier en Amérique du Nord », fait valoir le Dr Liberman, également professeur agrégé de chirurgie à l'Université de Montréal.

Actuellement, la lobectomie pulmonaire est l'opération la plus couramment pratiquée en cancer du poumon dans le monde. Il s'agit d'ouvrir le thorax et de couper les côtes pour retirer le lobe du poumon abritant la tumeur cancéreuse. Mais elle laisse une longue cicatrice et les patients mettent jusqu'à six mois à récupérer de cette intervention invasive et risquée. Depuis 20 ans, une nouvelle technique a été développée : la lobectomie par thoracoscopie. Pas de longue incision dans le thorax, le chirurgien se contente de petits trous pour atteindre la région visée. Ses gestes sont guidés par une caméra vidéo miniature insérée dans la paroi thoracique à travers l'un de ces trous.

« Cette technique est avantageuse, mais sa pratique n'est pas généralisée, parce qu'elle est très difficile à maîtriser en raison des dangers d'hémorragies. Les artères pulmonaires sont très minces et fragiles. Si elles saignent pendant une chirurgie ouverte, c'est facile : on fait des points de suture et c'est réglé. Mais quand on travaille avec une caméra vidéo, que ça commence à saigner et qu'on ne le voit pas dans l'œil de la caméra, le patient peut mourir très vite, parce que l'artère pulmonaire est connectée directement au cœur », explique le Dr Liberman.

Il utilise donc un nouvel outil pour faciliter et sécuriser l'intervention : une sorte de pistolet doté d'une petite pince de trois millimètres de large à son extrémité qui permet de cautériser les vaisseaux sanguins en envoyant des ultrasons par échographie. L'appareil, appelé HARMONIC ACE®+7 Shears, a été conçu par la compagnie Ethicon, de Johnson & Johnson. Il est utilisé couramment pour sceller de petits vaisseaux sanguins de moins de sept mm de diamètre. Le Dr Liberman espère démontrer que ce pistolet à ultrasons est également efficace pour les branches de l'artère pulmonaire.

Après cinq ans de recherches précliniques au CRCHUM, d'essais chez les animaux, puis des essais cliniques de phase 1 et 2 qui ont démontré la sécurité de l'intervention, le Dr Liberman dirige maintenant un vaste essai clinique multicentrique de phase 2 pour évaluer l'efficacité de la technique auprès de 150 patients au Canada, aux États-Unis et en Europe. Ce projet de 1,8 millions de dollars US est financé par Johnson & Johnson. Les résultats devraient être connus d'ici quatre ans.

Le cancer du poumon tue chaque année près de 1,59 millions de personnes dans le monde, en grande partie en raison du tabagisme, qui est responsable de 80% des cas, selon l'Organisation mondiale de la santé. Ce cancer est d'autant plus alarmant qu'il est souvent diagnostiqué tard et que le taux de survie cinq ans après le diagnostic est plutôt faible, soit 17 % chez les femmes et 14 % chez les hommes.

Le Dr Liberman espère que la nouvelle approche chirurgicale qu'il met au point permettra de sauver des vies. « Je pense que ça va diminuer les risques d'hémorragies et diminuer les douleurs post-opératoires. Le patient va pouvoir reprendre plus vite sa vie normale », précise-t-il.

Monic Ste-Marie a eu de la chance. Son cancer du poumon a été diagnostiqué rapidement. Six mois après l'intervention chirurgicale novatrice qui lui a sauvé la vie, elle se porte bien : « J'ai eu des douleurs pendant un mois après l'opération. Maintenant, j'ai encore un peu de difficulté à prendre mon souffle, mais c'est normal », dit-elle. À propos de cette étude

###

L'essai clinique de phase 2 « Ultrasonic Energy for Pulmonary Artery Branch Sealing During VATS Lobectomy (VATS PA-ACE) » est dirigé par le Dr Moishe Liberman (Centre de recherche du CHUM et Université de Montréal, Canada). L'étude est financée par le CHUM et Johnson & Johnson. Numéro d'enregistrement : NCT02719717. Informations : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02719717?term=02719717&rank=1

À propos du CRCHUM

Le Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) est l'un des plus importants centres de recherche en milieu hospitalier en Amérique du Nord. Notre mission est d'améliorer la santé chez l'adulte grâce à un continuum de recherche allant des sciences fondamentales à la santé des populations, en passant par la recherche clinique. Plus de 1 950 personnes travaillent au CRCHUM, dont 439 chercheurs et 700 étudiants et stagiaires de recherche. http://crchum.chumontreal.qc.ca/

À propos de l'Université de Montréal

Montréalaise par ses racines, internationale par vocation, l'Université de Montréal compte parmi les plus grandes universités dans le monde et notamment au sein de la francophonie. Elle a été fondée en 1878, et compte aujourd'hui 16 facultés et écoles. Elle forme avec ses deux écoles affiliées, HEC Montréal et Polytechnique Montréal, le premier pôle d'enseignement supérieur et de recherche du Québec et l'un des plus importants en Amérique du Nord. L'Université de Montréal réunit 2 500 professeurs et chercheurs et accueille plus de 60 000 étudiants. http://www.umontreal.ca/

Source: Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM)

Informations:

Isabelle Girard Conseillère en information, CRCHUM 514-890-8000 #12725 Isabelle.girard.chum@ssss.gouv.qc.ca | @CRCHUM

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.