Public Release: 

Un virus détourne la communication cellulaire pour renforcer l'infection du parasite Leishmania

Une nouvelle étude jette la lumière sur la biologie des virus et pourrait conduire à des vaccins plus efficaces contre une maladie tropicale redoutée

McGill University

Une nouvelle recherche de l'Université McGill a permis de conclure qu'un virus infectant le parasite Leishmania se propage en exploitant un mécanisme utilisé dans la communication intercellulaire (de cellule à cellule); cette découverte pourrait ouvrir la voie à la mise au point de nouveaux vaccins contre une infection qui entraîne un préjudice esthétique grave (défiguration).

À l'instar des animaux, les virus évoluent dans le but d'accroître leurs chances de survie. Chaque année, le virus de la grippe se propage en modifiant les protéines clés qui se trouvent à sa surface, afin de déjouer notre système immunitaire, qui croit alors n'avoir jamais été en présence de ce pathogène. Par ailleurs, le virus de l'herpès reste caché dans le cerveau - région qui n'est pas accessible aux défenses de notre organisme - jusqu'à la prochaine fois où il va être prêt à attaquer.

Martin Olivier, scientifique au sein du Programme en maladies infectieuses et immunité en santé mondiale à l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), a récemment démontré qu'un virus qui infecte un type primitif de cellules - le parasite à l'origine de la maladie tropicale, la leishmaniose - a également recours à une ruse pour éviter d'être détecté.

Dans une étude publiée récemment dans Nature Microbiology, le chercheur et son équipe ont conclu que le virus leishmania à ARN 1 (LRV1) se cache dans de petits vaisseaux - appelés exosomes - que les parasites de la leishmaniose utilisent pour « communiquer » entre eux.

« C'est la première fois que l'on démontre qu'un virus à ARN double-brin non enveloppé est capable d'exploiter les exosomes d'eukaryotes inférieurs afin de se procurer une enveloppe, explique le professeur Olivier. En se dissimulant dans ces "capsules de communication ", le virus est protégé des menaces extérieures, et l'infection des autres cellules du parasite de la leishmaniose est facilitée. »

Professeur Olivier et ses collègues ont également démontré que les cas de leishmaniose étaient nettement plus agressifs lorsque les parasites étaient infectés par le virus LRV1.

« Les résultats de notre étude nous fournissent un nouveau modèle pour étudier la biologie des virus et les mécanismes de régulation de leur à partir des cellules hôtes, ajoute professeur Olivier. L'utilisation d'exosomes de Leishmania renfermant le virus pourrait permettre la mise au point d'un vaccin efficace contre Leishmania viannia guyanensis - une souche particulière du parasite qui entraîne une défiguration grave lorsqu'il est infecté par LRV1. »

Le parasite qui cause la leishmaniose, le plus souvent présent dans les régions tropicales, est transmis par les phlébotomes femelles (aussi appelés mouches des sables) et entraîne l'apparition d'environ 1 million de cas de leishmaniose chaque année, tuant des milliers de personnes et en défigurant beaucoup d'autres.

###

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.