News Release 

Les raisons de l'échec des mégaprojets

Les universitaires de l'UCL ont identifié 18 raisons pour lesquelles les mégaprojets tels que HS2 ou Crossrail se soldent souvent par des échecs, et proposent 54 solutions préventives.

University College London

IMAGE

IMAGE: Results structure: Themes, Concepts, Causes and Cures view more 

Credit: Juliano Denicol/Huw Jones

Les universitaires de l'UCL ont identifié 18 raisons pour lesquelles les mégaprojets tels que HS2 ou Crossrail se soldent souvent par des échecs, et proposent 54 solutions préventives.

Pour la première fois, des universitaires ont réalisé un examen systématique de la littérature disponible sur les causes et les remèdes des mauvaises performances des mégaprojets. Ils ont identifié six grands thèmes et examiné les domaines dans lesquels un projet est susceptible d'échouer, en analysant les problèmes et les solutions.

L'étude, publiée dans Project Management Journal, a constaté qu'aucun facteur isolé ne peut expliquer les piètres performances des mégaprojets. En effet, cet article est le premier à identifier plusieurs causes et à suggérer une approche systémique qui permettrait d'améliorer la compréhension des mégaprojets.

Les six thèmes identifiés par l'équipe sont les suivants : les comportements en matière de prise de décision ; la stratégie, la gouvernance et l'approvisionnement ; le risque et l'incertitude ; le leadership et la compétence des équipes ; l'implication et la gestion des différents acteurs ; l'intégration et la coordination de la chaîne logistique. Ces facteurs se sont tous avérés d'égale importance après analyse des raisons pour lesquelles de tels projets semblent voués à l'échec.

Le chercheur principal du projet, Dr. Juliano Denicol (UCL School of Construction and Project Management) explique : « Compte tenu de l'importance des mégaprojets dans l'économie mondiale, nous avons cherché à approfondir et à élargir notre compréhension des causes des mauvaises performances de tels projets et des remèdes qui peuvent être apportés.

Nous avons mis l'accent sur les solutions plutôt que les problèmes, pour tenter d'orienter le débat universitaire vers un discours plus positif et de prendre en compte les besoins des hauts responsables en charge de mégaprojets. »

Les mégaprojets, comme la construction d'aéroports, de centrales électriques et de grands axes de transport comme les chemins de fer et les autoroutes, ou encore les projets aérospatiaux, se chiffrent généralement à plus d'un milliard de dollars. Ils se révèlent difficiles à gérer en raison de leur échelle, des degrés de complexité très élevés et des importantes répercussions sur les collectivités, l'environnement et les gouvernements nationaux.

Des universitaires a passé en revue plus de 6 000 résumés académiques et ont sélectionné 86 articles qui ont fait l'objet d'une analyse poussée.

Les résultats ont été présentés, évalués et vérifiés lors de deux ateliers ayant réuni des universitaires et des professionnels expérimentés impliqués dans des mégaprojets britanniques (Crossrail, Thames Tideway Tunnel, High Speed Two et Hinkley Point C).

L'équipe a établi un programme de recherche et proposé cinq grandes pistes pour favoriser la réussite future des mégaprojets.

Ces pistes sont les suivantes : concevoir l'architecture du système ; combler l'écart avec la fabrication ; établir des collaborations et les diriger ; impliquer les institutions et les collectivités ; décomposer et intégrer la chaîne d'approvisionnement.

Parmi les grands mégaprojets mondiaux, on peut citer le plus grand aéroport du monde, récemment terminé, à savoir l'Aéroport international de Pékin-Daxing, en Chine ; le plus long tunnel ferroviaire du monde, le tunnel de base du Saint-Gothard, en Suisse ; le projet High Speed Rail, qui relie huit des 10 plus grandes villes de l'État de Californie, aux États-Unis ; et au Royaume-Uni le projet Crossrail, qui ajoutera 10 % de capacité au réseau ferroviaire du centre de Londres, et High Speed 2, actuellement le plus grand mégaprojet d'Europe.

Ces recherches ont été soutenues par le Project Management Institute.

« En tant que membres du projet HS2, nous sommes heureux d'avoir pu contribuer à ce qui se révèle être une étude impressionnante et exhaustive sur le monde des mégaprojets, couvrant à la fois les aspects pratiques et les discussions universitaires. Mais ce qui est vraiment décisif, c'est qu'elle a apporté des conclusions sur certains des principaux problèmes auxquels nous sommes confrontés dans notre quotidien. Nous pourrons donc l'utiliser comme un guide utile à la réussite des projets, et c'est quelque chose dont pourront bénéficier tant la profession que l'ensemble de la société. » - Mark Thurston, PDG de HS2 Ltd.

« Un excellent travail de recherche sur un sujet qui mérite une attention particulière : pourquoi les mégaprojets échouent si souvent. Les conclusions sont soigneusement organisées par thème et les propositions invitant à un recours plus systématique à d'autres travaux de recherche sont les bienvenues. » - Sue Kershaw, présidente de l'Association for Project Management (APM), directrice générale de KPMG, Conseil aux grands projets.

« Le succès des mégaprojets est vital pour les économies du monde entier. Mais trop souvent, ils ne parviennent pas remplir leurs objectifs de bien des façons, avec parfois de très graves conséquences sociales et économiques. Il est donc urgent de comprendre pourquoi les mégaprojets ont de mauvaises performances, et ce qui doit être fait pour empêcher cet état de fait. Cet examen systématique de la littérature existante indique la voie vers une réponse à ces questions fondamentales et propose un programme de recherche clair pour informer les réussites futures des mégaprojets. C'est un travail remarquable. » - Professeur Peter Hansford, professeur honoraire de l'UCL, ancien conseiller en chef pour la construction auprès du gouvernement britannique.

###

Disclaimer: AAAS and EurekAlert! are not responsible for the accuracy of news releases posted to EurekAlert! by contributing institutions or for the use of any information through the EurekAlert system.