Skip to main content

PUBLIC RELEASE DATE: 3 Novembre 2005

Dans Science le 4 Novembre 2005

Identification rapide des objets par les singes : Pour un groupe trs petit de neurones, il ne faut que quelques millisecondes pour effectuer les calculs mentaux ncessaires pour aider les macaques reconnatre des objets, daprs Chou Hung et ses collgues. Les chercheurs ont analys lactivit neuronale dans la rgion du cerveau appele le cortex temporal infrieur chez deux singes qui regardaient des photos de 77 objets appartenant huit catgories, y compris des jouets, de la nourriture et le visage dautres singes. De petites populations denviron 100 neurones peuvent prendre environ 12,5 millisecondes identifier un objet et de le placer dans la bonne catgorie mme aprs des changements dans la taille ou lemplacement de lobjet. La capacit de distinguer un objet de tous les autres et aussi de le reconnatre lorsquil est modifi constitue, daprs les auteurs, la russite la plus importante dans la vision des mammifres .

Pour commander, citer larticle no 17 : Fast Readout of Object Identity from Macaque Inferior Temporal Cortex, par C.P. Hung, G. Kreiman, T. Poggio et J.J. DiCarlo au Massachusetts Institute of Technology Cambridge (Massachusetts).

Une bactrie glisse grce une protine : La bactrie Myxococcus xanthus a une motion glissante grce une protine qui se dplace dun bout lautre de la cellule, construisant un nouveau pied filamenteux, ou pilus, chaque bout, daprs Tm Mignot et ses collgues. Le pilus stend de la cellule, sancre la surface et se contracte, tirant la cellule avec lui. Cependant, les chercheurs ne comprennent pas bien comment Myxococcus et dautre bactries comme Pseudomonas aeruginosa, qui peut causer de graves infections chez les tres humains, changement de direction en mi-glissade. Les auteurs dmontrent maintenant que la protine FrzS, sensible son environnement, glisse tout au long du filament interne de Myxococcus, causant la dconstruction et la construction du pilus la nouvelle frontire de la cellule lorsquil a besoin de changer de direction.

Pour commander, citer larticle no 15 : Regulated Pole-to-Pole Oscillations of a Bacterial Gliding Motility Protein, par T. Mignot, J.P. Merlie Jr. et D.R. Zusman lUniversity of California-Berkeley Berkeley (Californie).

Le traitement de la sclrose en plaques chez les souris : On sait que les produits de la dcomposition de lacide amin tryptophane bloquent des ractions immunitaires, et une nouvelle tude montre que les produits de cette dcomposition, associs lenzyme IDO, peuvent traiter la paralysie dans une forme de sclrose en plaques chez les souris. Cette condition auto-immunitaire est cause par des dommages la couche de protection des fibres nerveuses dans le systme nerveux central et mne la dbilit, lengourdissement, une perte de coordination musculaire et des problmes de vision et de parole. Les chercheurs annoncent aussi que les souris paralyses se sont guries aprs avoir mang un driv synthtique de produits qui se forment naturellement lorsque lenzyme IDO contrle la dcomposition du tryptophane. Cette tude suggre que les mtabolites du tryptophane pourraient tre utiles pour traiter la sclrose en plaques et dautres conditions autoimmunitaires. Les mtabolites du tryptophane de la voie IDO, autant naturels que synthtiques, semblent bloquer la prolifration et lactivation des cellules immunitaires qui, pense-t-on, causent linflammation et la pathologie du systme nerveux responsables de la sclrose en plaques chez les souris, daprs les auteurs.

Pour commander, citer larticle no 14 : Treatment of Autoimmune Neuroinflammation with a Synthetic Tryptophan Metabolite, par M. Platten, P.P. Ho, S. Youssef, P. Fontoura, H. Garren, E.M. Hur, R. Gupta, L.Y. Lee, B.A. Kidd, W.H. Robinson, R.A. Sobel et L. Steinman la Stanford University Stanford (Californie); M. Platten lUniversit de Tbingen Tbingen (Allemagne); P. Fontoura la New University of Lisbon Lisbonne (Portugal); H. Garren Bayhill Therapeutics, Inc. Palo Alto (Californie); B.A. Kidd et W.H. Robinson Veterans Affairs Health System Palo Alto (Californie); M.L. Shelley Angiogen Pharmaceuticals Pty, Ltd. Sydney (Australie).

Lautisme et les diffrences de sexe dans le cerveau : Des aspects particuliers du cerveau autistique reprsenteraient aussi les extrmes de la neuroanatomie typique des mles, daprs les auteurs dun article de Revue qui fait partie dune section spciale sur la neuroscience. Au niveau psychologique, les mles ont en moyenne une plus grande tendance vers la systmatisation et les femelles ont une plus grande tendance vers lempathie. Au niveau neuroanatomique, les mles ont gnralement plus de croissance dans certaines rgions du cerveau, et moins de connectivit hmisphrique que les femelles. La thorie de lautisme, appele cerveau mle extrme , prvoit que des individus sur le spectre autistique devraient faire preuve de dficiences dempathie, mme sils font preuve dune systmatisation normal ou au-dessus de la moyenne. Les auteurs tudient galement des preuves que la testostrone et dautres andrognes qui mnent des diffrences de sexe dans le cerveau pourraient pousser le cerveau autistique dvelopper audel du mle typique.

Pour commander, citer larticle no 8 : Sex Differences in the Brain: Implications for Explaining Autism, par S. Baron-Cohen, R.C. Knickmeyer et M.K. Belmonte la Cambridge University Cambridge (Royaume-Uni).

###